Skip Navigation Links
L/L Research
Home
Library
Are you a wanderer?
About Us
Carla’s Niche
Podcast
Online Course
Search
E-mail L/L
Copyright Policy
Recent Updates

Now on Bring4th.org

Bring4th.org

Forums

Online Store

Seeker Connector

Gaia Meditation

Subscriptions

Links

Donate/Volunteer

Join Us

Facebook

Twitter

Tumblr

Instagram


Lectorium

Transcriptions L/L Research

A PROPOS DU CONTENU DE LA PRÉSENTE TRANSCRIPTION: cette séance de transmission alignée a été publiée à l’origine sous le titre de The Law of One, Books I to V, par Don Elkins, James Allen McCarty et Carla L. Rueckert. La traduction de cette transcription vous est offerte dans l’espoir qu’elle vous sera utile. Ainsi que les entités de la Confédération le répètent souvent, faites appel à votre sens de la discrimination et à votre sagacité pour évaluer ce texte. Ce qui vous y paraît véridique, acceptez-le; ce qui ne vous correspond pas, laissez-le de côté car, ni nous-mêmes ni aucun membre de la Confédération ne souhaitons/souhaitent qu’aucun de vous trébuche sur une pierre d’achoppement.

ATTENTION: La présente transcription a été vérifiée mais peut encore demander des corrections. Si vous constatez des erreurs, n’hésitez pas à nous en faire part, nous nous ferons un plaisir de les corriger.

(Traduction française: Micheline Deschreider)

La Loi Une, Livre V, Fragment 1

Séance 1, 15 janvier 1981

Jim: Le début de la Séance 1 est donné ici exactement comme il a été reçu. Lors de la première impression privée du Livre I de The Law Of One nous avons omis une partie de cette première séance parce que Don avait le sentiment que par rapport aux vingt-cinq autres séances du Livre I celle-ci semblerait un peu décalée —et peut-être trop déroutante telle quelle— aux lecteurs débutants. Cette omission a été reproduite quand la première édition commerciale a été publiée par The Donning Company sous le titre The Ra Material.

C’est la seule séance au cours de laquelle Ra a fait une sorte de ce que Brad Steiger a appelé ’petit sermon cosmique‘ avant de passer au format ’questions et réponses‘ utilisé exclusivement tout au long des contacts Ra par la suite. Ra préférait le format questions et réponses parce qu’il permettait à notre libre arbitre de décider quelles informations nous souhaitions obtenir plutôt que de leur laisser faire ce choix pour nous en adoptant une méthode d’enseignement/apprentissage par des exposés.

Et nous avons trouvé intéressant que le groupe Ra mentionne au cours de cette première séance qu’ils n’étaient à même de proposer une ’mise en condition‘ à aucun instrument, à cause de leurs propres limitations de transmission. Cette mise en condition implique souvent ce qui paraît être des mouvements involontaires des cordes vocales, de la bouche, des lèvres, des mâchoires, ou encore d’autres sensations physiologiques que celui/celle qui sert d’instrument éprouve à l’approche du contact. Cette séance-ci correspond aussi à la dernière fois que Ra a essayé de parler par l’intermédiaire d’un instrument autre que Carla.

Puisque le phénomène du relais (‘channeling’) est devenu monnaie courante, nous voudrions faire encore un commentaire sur la vibration de mise en condition. Bon nombre de ceux qui servent comme instrument estiment qu’ils reconnaissent les entités qui s’expriment par leur intermédiaire grâce à la vibration de mise en condition, et n’ont besoin d’aucun autre moyen d’identification pour s’assurer qu’ils relaient bien ceux qu’ils pensent relayer. Nous avons découvert que ce n’est pas toujours le cas, parce que des entités négatives, de vibration relativement semblable, sont ressenties comme l’entité familière par celui/celle qui sert d’instrument lorsque l’entité négative souhaite se faire appeler par un autre nom et imiter l’entité positive, ceci faisant partie du procédé par lequel l’instrument peut être leurré, et désharmonisant le travail positif effectué par le groupe qui reçoit ces informations. C’est un procédé standard utilisé par ceux qui suivent le chemin du service de soi. Le concept fondamental qui est impliqué ici est que l’opportunité offerte à des entités positives de s’exprimer au travers d’instruments et groupes doit être équilibrée par une même opportunité offerte à des entités négatives. Cela ne doit cependant être vu par aucun instrument comme un obstacle si lui-/elle-même et son groupe de soutien ont recours aux procédés simultanés de l’harmonisation du groupe et de la mise à l’épreuve du contact au début de chaque séance de transmission.

L’harmonisation du groupe est le processus par lequel chaque membre du groupe épure le désir de servir autrui et place celui-ci au premier plan dans son mental et son coeur. Le groupe peut effectuer cette harmonisation en suivant n’importe quelle méthode ayant un sens pour chacun des membres du groupe, qu’il s’agisse de chanter des chants sacrés, psalmodier, prier, raconter des blagues, partager des informations, visualiser de la lumière enveloppant le groupe, enfin tout ce qui fait se fondre tous les participants en une seule source unifiée de recherche.

Ensuite, quand l’instrument perçoit que les entités qu’il veut relayer sont présentes, la mise à l’épreuve est faite mentalement, ici aussi de n’importe quelle manière considérée comme appropriée par l’instrument, et de n’importe quelle façon ressentie par l’instrument dans chacune de ses fibres. L’instrument demande à savoir si les entités qui souhaitent l’utiliser comme canal viennent au nom de n’importe quel principe considéré par l’instrument comme le plus élevé et le meilleur dans sa propre vie. On peut défier l’entité qui souhaite parler au nom de Jésus Christ, de la conscience christique, de la polarité positive, du service d’autrui, ou bien au nom d’un des archanges, ou de ce qui représente le centre de sa vie, ce pour quoi l’instrument vit et mourrait volontiers. Ceci forme un mur de lumière qu’une entité de polarité négative ne pourra traverser qu’à grand peine, comme ce serait le cas pour vous et moi quand nous nous trouvons devant un mur en brique.

Les entités négatives sont prêtes à s’infiltrer dans toute faille laissée par négligence, et à offrir un service de leur propre façon, c’est-à-dire en imitant le contact positif mais seulement dans la mesure nécessaire à préserver le canal et en donnant ensuite de fausses informations autant que cela est possible, généralement en donnant des dates et descriptions de changements planétaires cataclysmiques qui, lorsqu’elles sont rendues publiques par le groupe ayant reçu ces informations, font perdre toute crédibilité à celui-ci, parce que ces dates ne sont jamais exactes. C’est ainsi que l’entité négative prend la force spirituelle de lumière que le groupe était parvenu à partager grâce à son travail de service d’autrui.

Carla a suivi cette méthode pour mettre Ra à l’épreuve au début des deux premières séances. Cela a été et est toujours sa méthode normale, puisqu’elle fait habituellement de la transmission consciente. Mais lors du contact Ra elle est involontairement tombée en transe et n’a donc pas pu s’harmoniser de cette manière, de sorte que nous avons été soulagés quand, à la fin de la deuxième séance, Ra nous a expliqué le rituel du parcours du Cercle du Un pour remplacer le procédé de mise à l’épreuve utilisé lors des transmissions télépathiques parce que, au cours de toutes les séances qui ont suivi ces deux premières, Carla est passée directement à l’état de transe, hors de son corps, inconsciente de toute activité. Aucun d’entre nous n’a jamais compris comment elle pouvait passer à cet état de transe et quitter son corps. Il s’agissait apparemment d’une aptitude choisie avant l’incarnation pour faciliter le contact avec Ra. Notre méditation avant chaque séance a été le procédé d’harmonisation choisi par le groupe.

Nous avons eu recours à ce que Don appelait ’télépathie en transe harmonisée‘ pour communiquer avec ceux de Ra. C’est-à-dire que pendant le contact, ni Carla ni ceux de Ra n’habitaient le corps de Carla. L’esprit de Carla était apparemment confié aux soins de ceux de Ra pendant qu’ils utilisaient à distance le corps de Carla pour former des mots qui répondaient aux questions de Don. Ra a mentionné à de nombreuses reprises qu’ils n’avaient sur son corps qu’un contrôle très approximatif et qu’il leur était difficile, par exemple, de repositionner ses mains quand l’une d’elles devenait douloureuse à cause de son arthrite. Carla ne ressentait pas ces crises douloureuses, mais il fallait parfois repositionner parce que la douleur constituait comme de l’électricité statique sur la ligne. Cela ne s’est produit qu’occasionnellement et a toujours été noté dans le texte.

Don et Carla avaient travaillé ensemble pendant douze ans en faisant du relais, de la recherche, et en écrivant deux livres sur des thèmes métaphysiques, avant que je me joigne à eux en décembre 1980. Incertains de ce que nous pourrions faire comme premier projet ensemble, nous avons pensé réécrire un des deux livres: Secrets Of The Ufo, et j’avais commencé à lire et prendre des notes dans cette optique. Trois semaines plus tard, le premier contact Ra a eu lieu, de manière totalement inopinée. Il s’est produit pendant que Carla donnait une séance d’apprentissage au cours de laquelle un des membres du groupe de méditation dominicale apprenait comment devenir un canal. Don était présent, mais moi j’avais été faire des achats et j’ai passé la porte d’entrée chargé de sacs de provisions juste comme Don interrogeait sur les changements terrestres attendus à la fin de ce cycle de croissance. A ce moment, Ra a demandé un moment pour approfondir l’état de transe de Carla avant de poursuivre. Aucune interruption de ce genre ne s’est reproduite par la suite, car après la deuxième séance nous avons préparé une autre pièce, consacrée exclusivement aux contacts Ra, et nous avons continué à utiliser le salon pour toutes les autres séances de méditation et d’enseignement. Cette première séance est l’une des quatre seules, sur un total de 106 séances avec Ra, au cours de laquelle d’autres personnes se sont jointes à Don, Carla, et moi-même. Puisque nous vivions ensemble tous les trois, l’harmonie que nous avions développée entre nous était très stable; elle était un ingrédient essentiel à l’établissement et au maintien du contact.

Carla: Actuellement, j’enseigne à très peu de gens comment devenir un canal. Au fil des ans, j’ai vu le genre de ravages qu’un canal ouvert mais non harmonisé peut provoquer dans la personnalité du chercheur qui relaie pendant un moment seulement, ou juste pour s’amuser. Le problème fondamental avec le relais, c’est que le canal doit activement essayer de vivre le message qu’il reçoit. Dans le travail spirituel, personne ne peut se permettre le luxe de dire: “faites ce que je dis, et non ce que je fais”. Si nous n’incarnons pas les principes que nous proposons aux autres nous recevons souvent des catalyseurs dramatiques et profondément perturbants qui démontrent la divergence des idéaux par rapport aux véritables intentions d’origine. J’ai vu des gens perdre leur santé mentale quand ils se sont lancés inconsidérément dans la transmission. C’est pourquoi je considère de ma responsabilité de prendre les étudiants très, très au sérieux. La plupart du temps je travaille à présent avec des personnes qui font déjà de la transmission et viennent me voir parce qu’elles éprouvent des difficultés dans ce domaine. Cela m’a mise en contact avec des gens qui ont parcouru le monde en suivant des signaux émis par des Indiens, avec des contactés par des OVNIs qui avaient des histoires étranges à raconter, enfin toutes sortes de personnes perdues dans un océan de confusion ’New Age‘. L’appellation ’conseiller spirituel‘ a un relent de snobisme et un goût de ’je sais tout‘ que j’espère bien ne pas refléter, mais c’est bien ce que je fais actuellement. Peut-être que ’auditeur spirituel‘ serait plus exact. Avec l’arrivée du courriel les opportunités de relations personnelles avec les chercheurs se sont multipliées. Nous accueillons les communications de tous ici à L/L Research, nous n’avons jamais manqué de répondre à aucun courrier qui nous a été envoyé, donc n’hésitez pas à nous adresser vos questions. Nous sommes ravis d’aider autant que nous le pouvons. Notre adresse sur la Toile est www.llresearch.org.

Séance 1, 15 janvier 1981

Ra: Je suis Ra. Je n’ai pas encore parlé au travers de cet instrument auparavant. Nous avons dû attendre qu’elle soit précisément alignée, car nous émettons sur une bande très étroite de vibration. Nous vous saluons dans l’amour et la lumière de notre Créateur infini.

Nous avons observé votre groupe. Nous avons été appelés vers votre groupe, parce que vous avez besoin d’une diversité d’expériences de transmission présentant une approche plus intense ou, comme vous pourriez dire, plus avancée du système d’étude du schéma des illusions de votre corps, de votre mental, et de votre esprit, ce que vous appelez chercher la vérité. Nous espérons vous offrir une perspective quelque peu différente des informations qui sont toujours et à jamais les mêmes.

La Confédération des Planètes au Service du Créateur Infini a une seule déclaration importante à faire. Cette déclaration, mes amis, comme vous le savez, est que toute chose, toute vie, toute la création, font partie d’une seule pensée originelle.

Nous allons utiliser chaque canal si nous y parvenons. La réception de notre faisceau est en fait un peu plus avancée que certains des canaux à vibration plus ample ouverts par d’autres membres pour un travail qui est plutôt d’introduction et intermédiaire.

Considérons pendant un moment la pensée. Qu’est-ce donc, mes amis, que prendre des pensées? Est-ce que vous avez pris des pensées aujourd’hui? Quelles pensées avez-vous pensé aujourd’hui? Quelles pensées ont fait partie de la pensée originelle aujourd’hui? Dans combien de vos pensées s’est trouvée la création? Est-ce que l’amour s’y trouvait? Est-ce que du service a été libéralement offert? Vous ne faites pas partie d’un univers matériel. Vous bougez votre corps, votre mental et votre esprit selon des schémas quelque peu excentriques car vous n’avez pas complètement saisi le concept selon lequel vous faites partie de la pensée originelle.

Nous voudrions à présent opérer un transfert vers l’instrument connu comme Don. Je suis Ra.

(Pause)

Ra: Je suis Ra. Je suis à nouveau avec cet instrument. Nous sommes sur le point d’entamer un contact, mais il nous est difficile de pénétrer une certaine tension mentale et une distraction qui sont en quelque sorte caractéristiques de ce canal. Nous allons dès lors décrire le type de vibration qui est envoyé. L’instrument va découvrir que nous entrons dans le champ d’énergie formant légèrement un angle vers l’arrière du sommet de la tête, dans une zone étroite mais forte d’intensité. Nous ne sommes pas à même d’offrir une mise en condition à cause de nos propres limitations de transmission; c’est pourquoi, si l’instrument peut ressentir cet effet particulier il peut alors exprimer nos pensées à mesure qu’elles lui parviennent. Nous allons réessayer ce contact. Je suis Ra.

(Pause)

Ra: Cet instrument résiste à notre contact. Cependant, nous vous assurons qu’il nous suffit de dire que le contact avec celui qui est connu comme Don n’est pas préférable à cet instrument-là. C’est pourquoi nous allons passer à celui qui est connu comme étant Leonard. Une nouvelle fois, nous avertissons l’instrument que ceci est une bande étroite de communication qui est ressentie comme une vibration entrant dans l’aura. Nous allons à présent transférer ce contact. Je suis Ra.

(Pause)

Ra: Je suis Ra. Nous vous saluons une fois encore dans l’amour et la lumière de notre Créateur infini. Nous vous demandons d’être patients avec nous. Nous sommes un canal difficile à recevoir. Nous pouvons peut-être ajouter quelques dimensions à votre entendement. A présent nous aimerions essayer de parler de n’importe quel sujet ou question que les entités dans cette pièce pourraient trouver potentiellement utile de soumettre.

  Skip Navigation LinksL/L Research Library Transcripts - Table of Contents 1981 - Français La Loi Une, Livre V - 15 janvier 1981

Copyright © 2017 L/L Research