Skip Navigation Links
L/L Research
Home
Library
Are you a wanderer?
About Us
Carla’s Niche
Podcast
Online Course
Search
E-mail L/L
Copyright Policy
Recent Updates

Now on Bring4th.org

Bring4th.org

Forums

Online Store

Seeker Connector

Gaia Meditation

Subscriptions

Links

Donate/Volunteer

Join Us

Facebook

Twitter

Tumblr

Instagram


Lectorium

Transcriptions L/L Research

A PROPOS DU CONTENU DE LA PRÉSENTE TRANSCRIPTION: cette séance de transmission alignée a été publiée à l’origine sous le titre de The Law of One, Books I to V, par Don Elkins, James Allen McCarty et Carla L. Rueckert. La traduction de cette transcription vous est offerte dans l’espoir qu’elle vous sera utile. Ainsi que les entités de la Confédération le répètent souvent, faites appel à votre sens de la discrimination et à votre sagacité pour évaluer ce texte. Ce qui vous y paraît véridique, acceptez-le; ce qui ne vous correspond pas, laissez-le de côté car, ni nous-mêmes ni aucun membre de la Confédération ne souhaitons/souhaitent qu’aucun de vous trébuche sur une pierre d’achoppement.

ATTENTION: La présente transcription a été vérifiée mais peut encore demander des corrections. Si vous constatez des erreurs, n’hésitez pas à nous en faire part, nous nous ferons un plaisir de les corriger.

(Traduction française: Micheline Deschreider)

La Loi Une, Livre V, Fragment 5

Séance 12, 28 janvier 1981

Jim: Au premier paragraphe de la section qui suit, on peut se rendre compte comme il est facile, même pour les chercheurs les plus sérieux, de perdre à l’occasion l’attitude appropriée pour trouver le coeur du processus d’évolution. L’harmonisation appropriée de l’être pour une quête efficiente, concerne bien moins ce que l’on fait que comment on le fait et comment on l’équilibre ou l’assied à l’intérieur de soi grâce à la méditation et à la contemplation. Sans l’équilibre de l’attitude méditative, le mental tend à être distrait par la répétition terre-à-terre des événements, et la leçon tend à circuler en orbite à la périphérie du soi, sans pouvoir être assise au centre de l’être pour y présenter un entendement plus profond de la nature de cette illusion, et un sens de la manière d’y faire naviguer le soi d’une manière plus harmonieuse. Nous voyons aussi, dans la réponse suivante de Ra, qu’il est impératif que ces mouvements de navigation de notre être soient les produits de choix du libre arbitre, qui ne doivent jamais être limités par un autre être. Ce point résonne en écho dans la réponse de Ra à la question de Don au sujet des implications métaphysiques qui surviendraient s’il était tenté d’enfermer un ‘homme en noir’ dans un réduit, opportunité qui, entre parenthèses, ne s’est jamais présentée à nous!

Voilà encore un bon exemple d’une série de questions qui changent de cap, pour virer vers des informations transitoires et sans importance. Notez comment Ra clôture la séance 12 au Livre I, aussi intitulé The Ra Material; il fait allusion à un ‘alignement correct’ et à une ‘orientation appropriée’ de la bible, de la bougie, de l’encensoir et de l’eau qui sont légèrement hors alignement. Ce n’est qu’au bout de douze séances que nous avons pu déterminer qu’en réalité Ra ne parlait pas de la disposition physique de la bible, etc., mais qu’il nous indiquait que notre alignement métaphysique n’était plus adéquat. Notre ligne de questionnement s’était déplacée par rapport au coeur du processus d’évolution. Puisque notre contact avec Ra se faisait sur ‘bande étroite’, cela signifiait que Ra n’était plus à même de répondre à des questions qui étaient à côté de la cible. Si nous avions permis à ces distorsions de subsister pendant une période prolongée, le contact aurait été altéré, et ensuite nous l’aurions perdu.

La dernière partie de cette séance a trait au concept de ce qui est appelé les Missionnés et de leurs caractéristiques, fréquemment partagées, qui sont de souffrir de maladies physiques comme des allergies et des troubles de la personnalité qui, au sens le plus profond, semblent être des réactions à la fréquence vibratoire de cette planète. Ceci est apparemment un effet secondaire dû au fait que ces entités se trouvent sous une autre influence planétaire, à une densité plus haute, qui est leur vibration originelle. Ces Missionnés s’incarnent sur cette planète de troisième densité afin de rendre service de toutes les manières possibles pour aider la population de cette planète à mieux prendre conscience du processus d’évolution et de s’harmoniser avec lui. Ils passent par les mêmes processus d’oubli que n’importe quel être de troisième densité qui s’incarne ici, et ils deviennent complètement cet être de troisième densité — même s’ils commencent lentement à se rappeler pourquoi ils sont nés ici. Apparemment, environ une personne sur soixante-dix sur Terre est d’une telle origine.

Il est devenu très en vogue, de nos jours, d’affirmer que tel est de telle ou telle planète, de telle ou telle densité supérieure, que tel est en réalité tel ou tel être supérieur venu sur Terre pour être un grand instructeur. Il est embarrassant pour nous de voir une opportunité si magnifique de rendre humblement service réduite à un jeu dont le but est d’avoir le plus de ‘sardines’ spirituelles sur ses manches. Nous ne dissimulons pas la possibilité que nous pourrions être de ces origines, mais aucun de nous, aucun de ceux de Ra, ne considère une telle origine comme particulièrement remarquable. Ainsi que Don le disait fréquemment: «il faut bien être quelque part pour faire quelque chose. Autant être ici en le faisant».

Carla: Je pense qu’une chose qu’il ne faut pas perdre de vue c’est que, si nous sommes des Missionnés venus d’ailleurs, nous sommes venus ici pour une certaine raison: servir en cette période-ci, dans ce monde de l’ombre, cette Terre de troisième densité. Oui, nous souffrons des résultats des efforts faits pour vivre dans une gamme vibratoire difficile pour nous et, oui, nous nous souvenons un peu d’une ‘vie meilleure’. Si nous nous souvenons de cela, alors il devient plus clair que notre mission principale ici est simplement de vivre, respirer l’air et laisser couler l’amour qui est en nous. La simple vie de tous les jours est sacrée quand la personne la vit avec la conscience que “tout est amour”, un petit air qui chante derrière nos mots et nos pensées. Vivre avec dévotion n’implique pas nécessairement qu’on devienne un ermite ou un pèlerin errant, bien que si vous vous en sentez le besoin, que votre chemin soit béni. Pour moi, du moins, le quotidien est le plus sacré : la lessive, les taches ménagères, les courses. Tout bouge en rythme, et nous faisons partie de cette symphonie de toute vie qui partage l’énergie qui va et vient.

Je sais q’une des grandes espérances du Missionné est de trouver son service. Vivre une vie dévouée, au milieu de l’animation générale, est un service ample et parfait. C’est pour cela que nous sommes venus ici. A mesure que nous laissons l’amour couler à travers nous, les autres changent, et à mesure qu’ils ouvrent leur coeur, le cercle de lumière grandit. Nous sommes maintenant à un stade où les sources de lumière commencent à se connecter... est-ce que j’entendrais naître le mental global?

Le mental global est pour moi un concept très réel, tout spécialement depuis l’avènement du courrier électronique et de l’Internet. Avec l’échange d’informations sans plume ni papier, nous travaillons essentiellement avec de la lumière, indubitablement un des moyens de communication les plus purs. A mesure que je rassemble des récits décrivant la nostalgie des Missionnés, je suis frappée de voir combien intense et constant est le désir général d’un foyer spirituel, d’une identité, et d’un moyen de servir. J’encourage tous ceux qui font l’expérience d’être des Missionnés de se relier entre eux et de former un réseau avec d’autres consciences éveillées, de vivre à coeur ouvert ensemble, et de laisser la lumière nous pénétrer tous par l’intermédiaire de ‘la Toile’ de la conscience planétaire. Comme le dit Jim, il n’y a pas de service plus grand que d’être soi-même dans ce monde parfois réfractaire.

Don aimait Andrija Puharich et a été son ami loyal et généreux pendant de nombreuses années. Nous avons rencontré Andrija en 1974, après avoir lu son livre “URI”, et l’avoir identifié comme un des personnages de notre roman étrangement prophétique «THE CRUCIFIXION OF ESMERELDA SWEETWATER», que nous avions écrit en 1968 et 1969. Nous avions aidé au «Lien Mental» de 1977, devenu historique depuis, et l’avions suivi de loin alors qu’il esquivait les balles et les agents de divers gouvernements qui pensaient qu’il mijotait quelque chose de pas net. Puharich était une personne d’une immense hospitalité et d’une immense gentillesse, bien que tout à fait insensible et inconscient au monde et de ses exigences au delà de son propre travail. C’était un homme qui se levait le matin et se mettait au travail, sans relâche, s’arrêtant brièvement de temps en temps pour saisir un peu de nourriture, littéralement, jusqu’à ce qu’il soit l’heure de se mettre au lit. Il passait à travers les gens, utilisant leurs talents et leurs contributions financières qui soutenaient son travail, inconscient du fait qu’il épuisait leur personne, leurs ressources ou leur temps, parce qu’il se concentrait exclusivement sur le travail qu’il avait à faire, jamais sur le moyen de faire de l’argent. C’était un érudit et un homme brillant, et bien des choses sont survenues dans son sillage. C’est une perte pour le monde des idées que ses journaux soigneusement tenus aient été confisqués au moment de sa mort et aient disparu. J’admets volontiers que j’ai souvent senti qu’il ‘utilisait’ Don. J’ai senti que cet homme avait plus d’énergie mais moins de sagesse que Don. J’ai senti qu’il aurait dû suivre les sages conseils de Don, parfois. Don lui-même n’a jamais rien ressenti de ce genre. Il était content de pouvoir aider. Je rends hommage à Andrija. Quel type singulier et remarquable il a été, et combien il a donné, de tant de manières!

George Hunt Williamson était un canal que nous admirions beaucoup; en fait nous avons utilisé son relais du Frère Philip pour notre bande «MESSAGES FROM THE UFOs». Nous avons seulement été en contact téléphonique avec lui, et comme Andrija, il n’a jamais réussi à venir à nos séances. Il est probable qu’il n’avait pas trop apprécié la demande que lui avait faite Ra de se préparer! Il est un des grands pionniers en matière d’ovnis et recherches métaphysiques y afférentes, et je pense le premier à donner un nom aux Missionnés: Il les appelait ‘les pommes’, citant un message ovni relayé par radio: “vers les pommes que nous salons, nous reviendrons”.

Session 12, 28 janvier 1981

Interlocuteur: J’ai reçu un appel d’Henry Puharich cet après-midi, il sera ici le mois prochain. Je voudrais demander s’il est autorisé à se joindre à notre cercle et à poser des questions. Je voudrais également demander si Michael D’brenovic, aussi connu sous le nom de George Hunt Williamson, pourrait lui aussi se joindre au cercle.

Ra: Je suis Ra. Ces entités, pour le moment, ne sont pas harmonisées de manière appropriée pour ce travail particulier, à cause de distorsions vibrationnelles qui, à leur tour, sont dues à un récent manque de temps/espace que vous nommez ‘occupations’. Il serait demandé que ces entités passent un bref temps/espace au cours de chaque cycle diurne de votre planète en contemplation. A un futur temps/espace de votre continuum vous serez priés de renouveler cette demande. Ce groupe est hautement équilibré par rapport aux distorsions vibratoires de cet instrument étant donné, premièrement, le contact avec l’instrument sur une base quotidienne. Deuxièmement, étant donné le contact avec l’instrument par l’intermédiaire de périodes de méditation. Troisièmement, par l’intermédiaire d’une distorsion personnelle du complexe mental/corps/esprit vers la contemplation, ce qui au total rend ce groupe efficace.

Interlocuteur: Quel était le groupe qui est entré en contact avec Henry Puharich en Israël vers 1972?

Ra: Je suis Ra. Nous devons nous abstenir de répondre à cette demande à cause de la possibilité/probabilité que celui que vous nommez Henry lise cette réponse. Cela provoquerait des distorsions dans son avenir. Il est nécessaire que chaque être ait recours au libre et complet discernement de l’intérieur du soi global, qui est au coeur du complexe mental/corps/esprit.

Interlocuteur: Est-ce que cela vous empêcherait aussi de dire avec qui le groupe dont je faisais partie en 1962 est entré en contact?

Ra: Je suis Ra. Cette demande peut recevoir une réponse. Le groupe contacté était la Confédération.

Interlocuteur: Est-ce qu’ils avaient un vaisseau dans notre région à ce moment-là?

Ra: Je suis Ra. Il n’y avait pas de vaisseau. Il y avait une forme pensée.

Interlocuteur: Si un ‘homme en noir’ devait venir me rendre visite et que je l’enferme dans un réduit, est-ce que je pourrais le garder, ou disparaîtrait-il ?

Ra: Je suis Ra. Cela dépend du type d’entité que vous auriez attrapé. Vous êtes peut-être à même de percevoir une construction. La construction peut être conservée pendant une brève période, bien que ces constructions aient aussi la capacité de disparaître. La programmation de ces constructions rend cependant plus difficile leur contrôle à distance. Vous ne seriez pas capable de vous colleter avec une entité de forme pensée du type ‘homme en noir’, comme vous les appelez.

Interlocuteur: Est-ce que cela irait à l’encontre de la Loi Une? Est-ce que je ferais une erreur en saisissant une de ces entités ?

Ra: Je suis Ra. Il n’y a pas d’erreurs sous la Loi Une.

Interlocuteur: Ce que je voulais demander c’est: est-ce que je me polariserais plus vers le service de soi ou plus vers le service d’autrui si j’enfermais cette forme pensée ou construction?

Ra: Je suis Ra. Vous pouvez considérer cette question par vous-même. Nous interprétons la Loi Une, mais non pas jusqu’à donner des avis.

Interlocuteur: Existe-t-il un moyen, pour ces Missionnés, de se guérir par eux-mêmes de leurs troubles physiques?

Ra: Je suis Ra. Ceci sera la dernière question complète de ce temps/espace.

La distorsion d’auto-guérison s’effectue au travers de la réalisation de l’infini intelligent à l’intérieur de nous. Celle-ci est bloquée, d’une certaine façon, chez ceux qui ne sont pas parfaitement équilibrés dans des complexes corporels. Le blocage varie d’entité à entité. Il faut une prise de conscience de la nature spirituelle de la réalité, si vous voulez, et le déversement correspondant de cette réalité dans le complexe individuel mental/corps/esprit, pour qu’une guérison ait lieu.

Y a-t-il une brève question avant que nous clôturions cette séance?

Interlocuteur: Vous est-il possible de nous dire si l’un ou l’autre de nous trois est/sont un/des Missionné(s)?

Ra: Je suis Ra. En scannant chacun des complexes mental/corps/esprit présents, nous trouvons déjà une complète certitude de cette occurrence et, dès lors, ne voyons pas d’inconvénient à récapituler cette occurrence. Chacun de ceux qui sont présents ici sont (sic) des Missionnés poursuivant une mission si vous voulez.

  Skip Navigation LinksL/L Research Library Transcripts - Table of Contents 1981 - Français La Loi Une, Livre V - 28 janvier 1981

Copyright © 2017 L/L Research