Skip Navigation Links
L/L Research
Home
Library
Are you a wanderer?
About Us
Carla’s Niche
Podcast
Online Course
Search
E-mail L/L
Copyright Policy
Recent Updates

Now on Bring4th.org

Bring4th.org

Forums

Online Store

Seeker Connector

Gaia Meditation

Subscriptions

Links

Donate/Volunteer

Join Us

Facebook

Twitter

Tumblr

Instagram


Lectorium

Transcriptions L/L Research

A PROPOS DU CONTENU DE LA PRÉSENTE TRANSCRIPTION: cette séance de transmission alignée a été publiée à l’origine sous le titre de The Law of One, Books I to V, par Don Elkins, James Allen McCarty et Carla L. Rueckert. La traduction de cette transcription vous est offerte dans l’espoir qu’elle vous sera utile. Ainsi que les entités de la Confédération le répètent souvent, faites appel à votre sens de la discrimination et à votre sagacité pour évaluer ce texte. Ce qui vous y paraît véridique, acceptez-le; ce qui ne vous correspond pas, laissez-le de côté car, ni nous-mêmes ni aucun membre de la Confédération ne souhaitons/souhaitent qu’aucun de vous trébuche sur une pierre d’achoppement.

ATTENTION: La présente transcription a été vérifiée mais peut encore demander des corrections. Si vous constatez des erreurs, n’hésitez pas à nous en faire part, nous nous ferons un plaisir de les corriger.

(Traduction française: Micheline Deschreider)

La Loi Une, Livre V, Fragment 23

Séance 38, 13 mars 1981

Jim: Servir d’instrument au contact Ra était très fatigant pour Carla. Elle perdait de 2 à 3 livres de poids par séance, et la composante ‘salutation psychique’ du contact intensifiait souvent des distorsions d’arthrite au point que son fonctionnement à tous niveaux était sévèrement restreint. C’est pourquoi Don et moi-même avions espéré que l’un ou l’autre de nous deux pourrait prendre sa place de temps en temps pour lui permettre de se reposer, mais aucun des deux n’était préparé de manière appropriée pour ce service. C’est ainsi que le repos a été obtenu en espaçant les séances, et nous nous sommes satisfaits de cela en nous disant que c’était le prix à payer pour être capables d’offrir cette sorte de service, et pour Carla c’était le prix fort.

Carla: Je ne peux exprimer la mesure du plaisir que j’ai eu à servir de cette manière. Voir Donald heureux et inspiré était une satisfaction de coeur qui m’atteignait au plus profond. J’adorais Don et souhaitais lui donner confort et bonheur. Mais il ne se sentait pas à l’aise dans ce monde et se sentait très souvent péniblement solitaire et isolé, bien qu’il ne l’ait jamais exprimé ou montré d’aucune manière. Pour une raison que j’ignore, sa souffrance et sa solitude m’étaient toujours très présentes et faisaient appel à ma plus profonde sympathie et mon désir d’y remédier. Les jours de contact avec Ra étaient d’or, vraiment. Je serais morte avec joie en faisant une dernière séance, j’attendais cela, et je l’acceptais librement. Mais la mort de Don est survenue en premier. Et c’est moi qui suis restée! Les années depuis sa mort m’ont ouvert un merveilleux chemin de service, des lecteurs m’écrivent, et je suis devenue la conseillère et l’amie de beaucoup, partout dans le monde. C’est comme si j’avais reçu une deuxième vie car vraiment, quand Donald est mort, la Carla d’alors est morte avec lui. Il avait pris une femme de 25 ans et l’avait façonnée selon ce qu’il souhaitait, avec mon aide librement consentie, et je suis véritablement devenue sa créature. Quand je me suis éveillée de cette vie, 16 ans plus tard, je n’étais plus ni la femme que j’étais à 25 ans, ni celle de Don. J’ai réellement dû reprendre tout à zéro pour découvrir mon ‘soi’ actuel.

Séance 38, 13 mars 1981

Interlocuteur: Voulez-vous nous dire s’il y a quelqu’espoir ou utilité à ce que Jim ou moi-même prenne la place de l’instrument et essaie de poursuivre ainsi le travail en transe?

Ra: Je suis Ra. Cette information est à la limite de la transgression du libre-arbitre. Nous allons cependant présumer que votre désir est de constituer une permission de parler légèrement au-delà des limites établies par les instructions de la Confédération, dirons-nous.

A ce nexus d’espace/temps, ni celui connu comme Don, ni celui connu comme Jim n’est susceptible de faire ce travail. Celui connu comme Don, en mettant en pratique, dirons-nous, les mécanismes de contact et service d’autrui au moyen de la transmission par canal [1], ainsi que vous l’appelez, deviendrait dans un certain laps de temps capable de faire ce travail. Celui connu comme Jim trouverait difficile de devenir un canal de ce type sans davantage de pratique aussi, sur une plus longue période de temps. Ensuite, nous devrions expérimenter les harmoniques développées par cette pratique. Ceci est vrai pour les deux cas.

 

[1] Original : ‘channeling’ (NdT)

  Skip Navigation LinksL/L Research Library Transcripts - Table of Contents 1981 - Français La Loi Une, Livre V - 13 mars 1981

Copyright © 2017 L/L Research