Skip Navigation Links
L/L Research
Home
Library
Are you a wanderer?
About Us
Carla’s Niche
Podcast
Online Course
Search
E-mail L/L
Copyright Policy
Recent Updates

Now on Bring4th.org

Bring4th.org

Forums

Online Store

Seeker Connector

Gaia Meditation

Subscriptions

Links

Donate/Volunteer

Join Us

Facebook

Twitter

Tumblr

Instagram


Lectorium

Transcriptions L/L Research

A PROPOS DU CONTENU DE LA PRÉSENTE TRANSCRIPTION: cette séance de transmission alignée a été publiée à l’origine sous le titre de The Law of One, Books I to V, par Don Elkins, James Allen McCarty et Carla L. Rueckert. La traduction de cette transcription vous est offerte dans l’espoir qu’elle vous sera utile. Ainsi que les entités de la Confédération le répètent souvent, faites appel à votre sens de la discrimination et à votre sagacité pour évaluer ce texte. Ce qui vous y paraît véridique, acceptez-le; ce qui ne vous correspond pas, laissez-le de côté car, ni nous-mêmes ni aucun membre de la Confédération ne souhaitons/souhaitent qu’aucun de vous trébuche sur une pierre d’achoppement.

ATTENTION: La présente transcription a été vérifiée mais peut encore demander des corrections. Si vous constatez des erreurs, n’hésitez pas à nous en faire part, nous nous ferons un plaisir de les corriger.

(Traduction française: Micheline Deschreider)

La Loi Une, Livre V, Fragment 26

Séance 44, 28 mars 1981

Jim: La séance n°44 a été retirée du Livre II parce qu’il s’agit presqu’entièrement d’une séance d’entretien. En demandant comment revitaliser au mieux le véhicule physique de Carla et faciliter en général le contact avec Ra, nous avons cependant découvert quelques principes fondamentaux que nous avons trouvés utiles et que nous donnons ci-après.

Dans la première réponse, nous avons découvert qu’un fort désir de rendre service ne suffit pas quand il n’est pas éclairé par la sagesse. Carla et notre groupe tout entier avons souffert pendant les premiers mois du contact Ra d’un désir hyperactif de rendre service en organisant plus de séances avec Ra qu’il n’était utile à long terme pour le contact. Placer autant de séances dans une aussi brève période de temps épuisait l’énergie physique de Carla, ce qui signifiait que le nombre total possible de séances pendant son incarnation serait probablement réduit.

Le deuxième principe que nous avons trouvé intéressant est le pouvoir du dévouement. Si Carla décidait de se consacrer à une séance avec Ra, elle dépensait en énergie l’équivalent d’une journée entière de travail, même si la séance n’avait pas lieu. Il était donc extrêmement important que son dévouement soit éclairé par de la sagesse; si pas la sienne propre, du moins celle du groupe d’appui. Donc, pour toute personne, c’est la volonté qui gouverne le dévouement et toutes les pensées, paroles et actions qui en découlent. De la manière dont on oriente la volonté dépend la manifestation des désirs. Il est donc important d’utiliser la volonté à bon escient.

Carla: Mon corps a toujours été fragile. Née avec des faiblesses, alitée à cause d’une fièvre rhumatismale à l’âge de 2 ans et à cause d’un problème rénal à 13 et 15 ans, j’ai depuis lors travaillé en étant de plus en plus affectée par une arthrite rhumatoïde et autres arthroses. Arrivée à l’année 1981, quand a commencé le contact avec Ra, j’avais subi plusieurs opérations aux poignets et aux articulations des doigts, et j’éprouvais des douleurs rhumatismales dans virtuellement chaque articulation de mon corps, la nuque et le dos étant les plus atteints, après les mains. J’avais exercé la fonction de bibliothécaire – travail que j’aimais beaucoup— et de chercheur et écrivain pour Don, mais 1976 a été la dernière année où j’ai pu me servir d’une machine à écrire; et à partir de 1981 j’ai dépendu du système de Sécurité Sociale, étant en incapacité médicale totale vu mes graves problèmes physiques organiques et rhumatismaux. Je souffrais en permanence. Je supportais tout cela sans beaucoup de remarques, et j’essayais de paraître bien; en fait, je me sentais en bonne santé. Mais le corps était faible. Et je pense que l’état de transe était difficile à assumer parce que, n’étant pas capable de mouvoir mon corps, je restais dans la même position tout au long d’une séance. Cela signifiait que les articulations endommagées pouvaient devenir encore beaucoup plus douloureuses, spécialement celles du dos, du cou et du poignet, qui étaient sérieusement atteintes. Je m’éveillais dans un monde de souffrance. Il ne semblait y avoir aucun moyen d’éviter cela, et je me décourageais facilement devant l’imperfection de mon véhicule. J’avais l’impression que je laissais tomber le groupe quand ceux de Ra ont dit qu’il fallait raccourcir la durée des séances, et j’ai toujours fait de mon mieux pour maximaliser ma période de transe.

Donald et Jim ne m’ont jamais fait de reproches, même la première fois, et ils ont fait preuve d’une patience infinie en travaillant avec mes limitations. Cependant, j’ai versé bien des larmes de frustration, car je voulais tant être à même de poursuivre cette transmission de Ra. Il est heureux pour le contact que Jim et moi aient été amants car, apparemment, toute l’énergie physique que j’avais à donner après les premières séances, c’était l’énergie transférée pendant l’acte sexuel. Comment une personne dite ‘pure’ peut-elle avoir un amant? Purement, bien sûr! J’ai essayé l’abstinence pendant près de deux ans, quand Don et moi nous sommes installés ensemble. J’ai trouvé ce choix de vie extrêmement difficile et insatisfaisant. Après en avoir discuté avec Donald, nous sommes convenus que je prendrais un amant si je le souhaitais. Comme il était parti la moitié du temps puisqu’il était pilote pour les Eastern Air Lines, j’ai pu être totalement discrète. Il n’a jamais vu l’amant, qui ne l’a jamais vu lui. Quand Jim a commencé à venir régulièrement aux méditations j’ai à nouveau été abstinente pendant près de quatre ans, n’ayant dans mon entourage personne qui m’aurait convenu en tant qu’amant et ami. Jim était le rêve de toute jeune fille: il chérissait sa solitude la plupart du temps, mais c’était un compagnon merveilleux et un amant fabuleux quand il en avait envie. Il ne me demandait rien de ce que veut d’ordinaire un compagnon permanent. Don ne voulait que cette sorte de compagnie. Les deux hommes se sont adaptés dans ma vie, simplement, comme les pièces d’un puzzle. Cela a été, pendant tout le temps que cela a duré, un trio soudé et merveilleux de personnes qui voulaient servir, véritablement et entièrement.

J’ai pesé pendant un certain temps les paroles de Ra à propos du martyre, et j’ai ensuite décidé qu’il me fallait des vacances, les premières depuis 1971. Jim et moi sommes allés au bord de la mer, où je me suis reposée et retrouvée en bien meilleure santé. Je vois cela comme le premier pas que j’ai fait pour m’éloigner des forces de la mort, et me diriger vers la vie. Comme j’aurais souhaité que Don puisse lui aussi faire cela! Mais ce souhait n’était pas en lui.

Je pense que les commentaires de Ra sur la manière de traiter les ‘salutations psychiques’ sont très sages. Regarder ces expériences d’être ‘attaqués’ comme n’étant pas d’une importance vitale c’est les inviter à se prolonger. Si on les regarde en face en leur accordant pleine considération, sans crainte, en étant simplement avec ces énergies et les aimant, comme étant le côté sombre de soi-même, les ‘salutations’ deviennent simplement des expériences à faire et auxquelles réfléchir, en travaillant à l’acceptation du ‘soi’ tout entier. Jésus a suggéré de ne pas résister au mal, et je pense que ceci fait partie de ce qu’Il a voulu dire: recevoir la salutation comme venant du ‘soi’, et la faire aimer par le ‘soi’ c’est lui retirer les dents et neutraliser son venin.

Donald s’était intéressé aux rituels de magie, bien longtemps avant mon arrivée dans sa vie. Il était fasciné par l’idée qu’il pourrait m’aider dans une certaine mesure en s’occupant des entités négatives qui offraient leurs salutations. Cela m’a toujours été une pensée inconfortable que, comme il en a discuté un jour avec Jim, il ait pu tenter de conclure avec l’entité qui me saluait avec une telle persistance, un pacte aux termes duquel il s’est donné, lui, à ma place.

Séance 44, 28 mars 1981

Ra: Je suis Ra. Je vous salue dans l’amour et la lumière du Créateur infini unique. Nous communiquons maintenant.

Interlocuteur: L’instrument se posait des questions concernant sa vitalité. Nous avons quelques difficultés à l’évaluer. Vous est-il possible de commenter?

Ra: Je suis Ra. Nous scannons cet instrument et trouvons que nous pouvons donner le service sans transgression, étant donné la décision de cet instrument de se conformer à l’évaluation la plus correcte possible et non à la plus désirée.

Nous avons été surpris d’avoir été à même de maintenir un contact régulier au cours de cette très intense période d’interférences par des influences négatives. Les transferts d’énergie sexuelle ont, lors de certaines séances, donné à cet instrument un supplément de ressources vitales qu’elle a pu utiliser. Mais ce n’est pas le cas pour la séance présente, et dès lors c’est la volonté de l’instrument qui meut son complexe corporel. Cet instrument n’a pas de jugement sur ce service. La faculté de volonté, bien que reconnue comme très centrale et valable, pourrait dans ce cas-ci provoquer une distorsion sérieuse dans le complexe corporel de l’instrument. Pouvons-nous noter que le martyre n’est pas nécessairement recommandable. Nous demandons à cet instrument d’examiner ces pensées, de juger et de discerner leur vérité possible, et si elles sont jugées véridiques, nous suggérons que cet instrument abandonne le pouvoir de juger au groupe d’appui, dont les intérêts sont beaucoup plus équilibrés que ceux de cet instrument. Permettez que les décisions soient prises sans attentes ou attachement à des résultats. Nos espoirs, pouvons-nous dire, d’un contact de longue durée par l’intermédiaire de cet instrument dépend de la maturation de sa capacité à rendre service aux autres ‘soi’ en acceptant leur aide et en restant ainsi un instrument viable.

Pouvons-nous remercier celui qui pose les questions de nous permettre de nous exprimer sur ce point, car nous étions conscients des distorsions qui affectent quelqu’un dont la volonté de servir n’est pas régulée par la connaissance des limitations dues à la distorsion du complexe corporel.

Interlocuteur: Pouvez-vous, s’il vous plaît, terminer ce contact dès que nécessaire, parce que nous ne savons pas quelle est la vitalité de l’instrument en ce moment.

Ra: Je suis Ra. Selon votre mode d’expression, nous avons les mains liées, dans une certaine mesure. Cet instrument a mobilisé des réserves internes, et cela lui coûte cher. C’est pourquoi nous avons l’honneur/devoir d’utiliser cette énergie au mieux de nos capacités. Quand elle deviendra faible, nous exprimerons très certainement, comme toujours, la nécessité de mettre fin à la séance. La seule manière d’éviter ce partage de service à n’importe quel prix c’est de s’abstenir de ce travail. C’est un dilemme.

Interlocuteur: Pouvez-vous me dire quel est ce son que j’ai entendu dans mon oreille gauche quand vous avez commencé votre communication?

Ra: Je suis Ra. Cela était un signal orienté négativement.

Interlocuteur: Pouvez-vous me dire comment je pourrais entendre un signal orienté positivement?

Ra: Je suis Ra. Il y a deux types de signaux positifs. D’abord, localisé dans l’oreille droite le signal indique un signe qu’il vous est donné un message sans paroles qui dit : «Ecoutez, faites attention». L’autre signe positif est le son au-dessus de la tête, qui est une confirmation équilibrée d’une pensée.

Interlocuteur: Y a-t-il d’autres signaux négativement orientés que je reçois?

Ra: Je suis Ra. C’est exact. Vous êtes capable de recevoir des formes pensées, des formes mots, et des visions. Mais vous semblez capable de faire la discrimination.

Interlocuteur: Y a-t-il une raison pour laquelle je suis ouvert à ces signaux de nature négative?

Ra: Je suis Ra. N’êtes-vous pas toutes choses?

Interlocuteur: Je pense que ce serait peut-être une bonne idée de mettre fin au contact à présent, pour permettre à l’instrument de regagner l’énergie nécessaire à la poursuite de ces séances. C’est là ma décision en ce moment. J’aimerais beaucoup poursuivre le contact, mais il me semble, bien que je ne puisse pas évaluer le niveau de l’instrument, que l’instrument ne devrait pas dépenser davantage d’énergie.

Ra: Je suis Ra. Nous répondons à une demande non formulée. Cependant, elle est des plus importantes, c’est pourquoi nous vous demandons de nous pardonner cette transgression. L’énergie consacrée exclusivement à cet objectif est perdue pour l’instrument. Vous ferez comme vous voulez, mais telle est la nature de la préparation de l’instrument au contact, et c’est la seule raison pour laquelle nous pouvons l’utiliser.

Interlocuteur: Je ne suis pas certain de bien vous comprendre. Pourriez-vous exprimer cela un peu différemment? Pourriez-vous expliquer plus complètement?

Ra: Je suis Ra. Chacun de vous, dans ce travail, a consciemment consacré l’existence dont il est en train de faire l’expérience, au service d’autrui. Cet instrument a affiné sa vocation grâce à une longue expérience de transmission [1], comme vous nommez cela. De la philosophie de la Confédération, comme vous diriez. Donc, quand nous avons contacté cet instrument pour la première fois, il avait offert son être non seulement au service d’autrui, mais aussi au service par une communication de cette nature. A mesure que ce contact s’est développé, ce dévouement de l’être est devenu très spécifique. Dès lors, une fois que l’énergie vitale est consacrée par l’instrument à nos communications, même si le travail n’a pas lieu cette énergie vitale est perdue pour l’expérience quotidienne de l’instrument. Nous avons donc indiqué combien il est important que l’instrument détache sa volonté du processus de la détermination des moments de travail car, si l’instrument désire un contact, l’énergie est rassemblée et est donc perdue pour des activités ordinaires ou terre-à-terre.

Interlocuteur: Dans ce cas, puisque son énergie est déjà perdue, nous pouvons aussi bien poursuivre cette séance, et nous devrons surveiller très soigneusement l’instrument et être seuls juges des moments où les séances peuvent avoir lieu. Ai-je raison?

Ra: Je suis Ra. Ceci est profondément correct. La détermination de cet instrument à continuer le contact pendant cette période a déjà prolongé la période de faible énergie.

Interlocuteur: Ceci est très révélateur pour nous. Merci. Chacun de nous reçoit des signaux et des songes. J’ai eu conscience d’une communication clair-audiante au moins une fois en m’éveillant. Pouvez-vous suggérer une méthode par laquelle nous parviendrions à annuler l’influence de ce que nous ne voulons pas d’une source négative?

Ra: Je suis Ra. Il y a diverses méthodes. Nous allons offrir la plus courante ou simple. Partager le contact difficile avec les autres ‘soi’ associés à ce travail et méditer dans l’amour pour ceux qui envoient ces images, et dans la lumière pour le ‘soi’ et les autres ‘soi’ est le moyen le plus courant d’annuler les effets de telles occurrences. Mépriser ces expériences par l’utilisation de l’intellect ou les disciplines de la volonté c’est inviter à la prolongation des effets. Il vaut beaucoup mieux, dès lors, partager en confiance de telles expériences, et joindre les coeurs et les âmes dans l’amour et la lumière avec de la compassion pour celui qui les envoie, est une armure pour le ‘soi’.

Interlocuteur: Pouvez-vous me dire la source du songe fait par l’instrument ce matin à son réveil?

Ra: Je suis Ra. Le ressenti du rêve, dirons-nous, était influencé par ceux d’Orion. L’apparence prise par le rêve révélait beaucoup sur les modèles d’associations symboliques de l’inconscient de l’instrument.

Interlocuteur: En méditation, il y a plusieurs années, mon bras s’est mis à briller et à se mouvoir rapidement, involontairement. Qu’est-ce que c’était?

Ra: Je suis Ra. Le phénomène était une analogie qui vous a été rendue disponible par votre ‘soi’ supérieur. L’analogie était que l’être que vous étiez, était en train de vivre d’une manière non comprise des, dirons-nous, physiciens, scientifiques, ou médecins.

Interlocuteur: Ce à quoi j’essaie d’arriver au cours de cette séance, c’est de savoir s’il existe des pratiques que nous pourrions suivre pour revitaliser au mieux l’instrument, car nous allons devoir faire tout ce qui est nécessaire pour pouvoir préserver notre contact. Pouvez-vous nous dire ce que nous pouvons faire pour accroître la vitalité de l’instrument pour ces contacts?

Ra: Je suis Ra. Votre expérience était une fonction de votre capacité à entrer en contact avec l’infini intelligent. Dès lors, cela n’a pas un rapport direct avec l’énergie vitale de cet instrument.

Nous avons parlé précédemment des choses qui aident cet instrument en ce qui concerne l’énergie vitale: la sensibilité à la beauté, au chant de musiques sacrées, à la méditation et à la vénération, au partage du soi avec soi dans l’amour librement donné, que ce soit dans les relations sociales ou sexuelles. Ces choses agissent très directement sur la vitalité. Cet instrument a une distorsion vers l’appréciation d’une diversité d’expériences. Ceci, d’une façon moins directe, renforce la vitalité.

Interlocuteur: J’ai examiné un diagramme de la progression des pratiques magiques, en commençant à Malkouth et en finissant à Kéther. Je me demandais si cela correspond aux couleurs ou densités, avec Malkouth en première position, Yésod en deuxième, Hod et Netzach en troisième, Tiphéret en quatrième, et ainsi de suite. Est-ce le cas?

Ra: Je suis Ra. Ceci est fondamentalement inexact, bien que vous soyez sur la bonne piste de raisonnement. Chacune de ces stations a un nombre complexe et une nuance de centre énergétique, ainsi qu’un certain rôle dans divers équilibres: l’équilibre inférieur, moyen, supérieur, et l’équilibre total. Il y a donc des couleurs ou rayons complexes, et des charges complexes, si vous voulez, dans chaque station.

Interlocuteur: Est-ce que la voie de gauche de ceci représente la voie du service de soi, et la voie de droite celle du service d’autrui?

Ra: Je suis Ra. Ceci sera la dernière demande complète de cette séance.

Cela est inexact. Ces stations sont des relations. Chaque voie offre ces relations. C’est l’intention de celui qui travaille en pratique avec ces puissants concepts qui détermine la polarité du travail. Les outils sont les outils.

Interlocuteur: Comme question finale, je demanderai seulement s’il est possible que l’Ipsissime ait une polarité positive ou négative, ou bien ne doit-il en avoir aucune?

Ra: Je suis Ra. Nous allons répondre à la signification de ce terme dans un sens spécialisé. L’Ipsissime est quelqu’un qui a maîtrisé l’Arbre de Vie et qui a utilisé cette maîtrise pour de la polarisation négative.

Y a-t-il quelque brève demande à laquelle nous pouvons répondre avant de prendre congé de cet instrument?

Interlocuteur: Je regrette que nous ayons quelque peu quitté la piste aujourd’hui. Je pense que la chose la plus importante que nous ayons accomplie c’est d’avoir découvert comment mieux réguler les séances pour l’instrument, et j’espère que vous aurez de l’indulgence pour mon incapacité à sélectionner les questions appropriées, parfois. Il m’arrive de tâter le terrain pour voir si nous pouvons aller dans cette direction, et ensuite je peux déterminer s’il faut ou non continuer dans cette direction.

A part cela, je voudrais demander s’il y a quelque chose que nous puissions faire pour augmenter le confort de l’instrument ou pour faciliter le contact.

Ra: Je suis Ra. Il n’y a pas d’erreurs. Soyez tranquille, mon ami. Chacun de vous est très consciencieux. Tout est bien. Je vous laisse dans l’amour et la lumière du Créateur infini unique. Allez donc, réjouissez-vous dans la puissance et la paix du Créateur infini unique. Je suis Ra. Adonaï.

 

[1] Original : ‘channeling’ (NdT)

  Skip Navigation LinksL/L Research Library Transcripts - Table of Contents 1981 - Français La Loi Une, Livre V - 28 mars 1981

Copyright © 2017 L/L Research