Skip Navigation LinksL/L Research Library Transcripts - Table of Contents 1981 - Français La Loi Une, Livre V - 18 septembre 1981
Skip Navigation Links
L/L Research
Home
Library
Are you a wanderer?
About Us
Carla’s Niche
Podcast
Online Course
Search
E-mail L/L
Copyright Policy
Recent Updates

Now on Bring4th.org

Bring4th.org

Forums

Online Store

Seeker Connector

Gaia Meditation

Subscriptions

Links

Donate/Volunteer

Join Us

Facebook

Twitter

Tumblr

Instagram


Lectorium

Transcriptions L/L Research

A PROPOS DU CONTENU DE LA PRÉSENTE TRANSCRIPTION: cette séance de transmission alignée a été publiée à l’origine sous le titre de The Law of One, Books I to V, par Don Elkins, James Allen McCarty et Carla L. Rueckert. La traduction de cette transcription vous est offerte dans l’espoir qu’elle vous sera utile. Ainsi que les entités de la Confédération le répètent souvent, faites appel à votre sens de la discrimination et à votre sagacité pour évaluer ce texte. Ce qui vous y paraît véridique, acceptez-le; ce qui ne vous correspond pas, laissez-le de côté car, ni nous-mêmes ni aucun membre de la Confédération ne souhaitons/souhaitent qu’aucun de vous trébuche sur une pierre d’achoppement.

ATTENTION: La présente transcription a été vérifiée mais peut encore demander des corrections. Si vous constatez des erreurs, n’hésitez pas à nous en faire part, nous nous ferons un plaisir de les corriger.

(Traduction française: Micheline Deschreider)

La Loi Une, Livre V, Fragment 40

Séance 71, 18 septembre 1981

Jim: Le temps/espace ou portion métaphysique de nous-mêmes, ne nous est pas apparent la plupart du temps, mais il est cependant le lieu ou univers de notre ‘soi’ le plus véritable. Cela est vrai pour chacun. C’est l’essence à partir de laquelle ce que nous connaissons comme notre ‘soi’ conscient se manifeste comme une partie de notre ‘soi’ véritable. Notre ‘soi’ physique, de l’espace/temps, est un reflet ou une ombre de notre ‘soi’ véritable que ceux qui ont des yeux peuvent voir derrière l’illusion quand ils contemplent l’essence [1] de notre temps/espace. C’est ce ‘soi’ métaphysique que Ra a observé quand il a été amené à considérer notre groupe comme un potentiel groupe de contact.

Carla: Don, Jim et moi avions un intérêt commun pour la communauté spirituelle avant même de nous retrouver ensemble. Quand nous avons fait foyer commun à Noël 1980, nous nous sommes consciemment rassemblés comme un groupe de lumière. Nous voulions vivre une vie dirigée vers la spiritualité, l’un par rapport à l’autre, et servir autant que nous le pouvions. Beaucoup a été sacrifié pour cette mise en commun, tant par Jim que par Don, car ils étaient tous deux des solitaires qui se trouvaient bien dans leur propre compagnie mais non pas en société, bien qu’ils fussent tous deux d’excellents hôtes quand ils avaient des invités. Mais les sacrifices ont été accomplis volontiers et nous avons ressenti le fait d’être ensemble comme une bénédiction. Quand le contact Ra a débuté, trois semaines plus tard, nous nous sommes sentis très heureux d’avoir fait ce chemin en nous laissant conduire par la foi et en unissant nos forces.

Ce que nous avions en commun c’était de l’amour clair, pur, sans tache, ainsi qu’une camaraderie née de l’absence de crainte entre nous, et de la certitude que tous les besoins seraient pris en compte. Pendant quelques mois et même années, cette période dorée a subsisté. J’ai longtemps ressenti que le déclin et la mort de Don avaient résulté de sa crainte que je le quitte pour Jim. Je n’aurais jamais fait une telle chose, et je n’avais aucune idée qu’il était préoccupé. Mais je crois que cette crainte, qu’il n’a jamais exprimée, et dont je ne savais rien, l’a mené à ces terribles derniers mois, pendant lesquels il a souffert si intensément.

Séance 71, 18 septembre 1981

Interlocuteur: Quand vous dites que vous avez recherché ce groupe, que voulez-vous dire? Quel a été votre procédé de recherche? Je pose cette question pour mieux comprendre l’illusion du temps et de l’espace.

Ra: Je suis Ra. Considérez le processus de quelqu’un qui voit le spectrogramme d’un complexe d’éléments. Disons, pour la facilité de description, qu’il s’agit d’un échantillon de complexe de peintures. Nous, de Ra, nous connaissions les éléments de communication nécessaires pour que cette communication ait une chance de perdurer. Nous avons comparé notre échantillon de couleur avec celui de nombreux individus et groupes sur une large étendue de votre temps. Votre spectrogramme correspond à notre échantillon.

En réponse à votre désir de voir la relation entre espace/temps et temps/espace, pouvons-nous dire que nous avons mené cette recherche dans le temps/espace, car dans cette illusion-là on peut voir très facilement les entités comme des complexes vibratoires et les groupes comme des harmoniques à l’intérieur de complexes vibratoires.

 

[1] Original : ‘beingness’ (NdT)

  Skip Navigation LinksL/L Research Library Transcripts - Table of Contents 1981 - Français La Loi Une, Livre V - 18 septembre 1981

Copyright © 2017 L/L Research