Skip Navigation LinksL/L Research Library Transcripts - Table of Contents 1982 - Français La Loi Une, Livre V, Séance 97, Fragment 47 - 15 septembre 1982
Skip Navigation Links
L/L Research
Home
Library
Are you a wanderer?
About Us
Carla’s Niche
Podcast
Online Course
Search
E-mail L/L
Copyright Policy
Recent Updates

Now on Bring4th.org

Bring4th.org

Forums

Online Store

Seeker Connector

Gaia Meditation

Subscriptions

Links

Donate/Volunteer

Join Us

Facebook

Twitter

Tumblr

Instagram


Lectorium

Transcriptions L/L Research

A PROPOS DU CONTENU DE LA PRÉSENTE TRANSCRIPTION: cette séance de transmission alignée a été publiée à l’origine sous le titre de The Law of One, Books I to V, par Don Elkins, James Allen McCarty et Carla L. Rueckert. La traduction de cette transcription vous est offerte dans l’espoir qu’elle vous sera utile. Ainsi que les entités de la Confédération le répètent souvent, faites appel à votre sens de la discrimination et à votre sagacité pour évaluer ce texte. Ce qui vous y paraît véridique, acceptez-le; ce qui ne vous correspond pas, laissez-le de côté car, ni nous-mêmes ni aucun membre de la Confédération ne souhaitons/souhaitent qu’aucun de vous trébuche sur une pierre d’achoppement.

ATTENTION: La présente transcription a été vérifiée mais peut encore demander des corrections. Si vous constatez des erreurs, n’hésitez pas à nous en faire part, nous nous ferons un plaisir de les corriger.

(Traduction française: Micheline Deschreider)

La Loi Une, Livre V, Séance 97, Fragment 47

15 septembre 1982

Jim: Après avoir repensé à l’épisode du faucon Don a re-questionné Ra sur sa signification. Comme Ra ne souhaitait pas enfreindre le libre arbitre de Don en expliquant clairement la signification de ce faucon (et de ce fait en prenant à sa place la décision de déménager ou non), tout ce que Ra pouvait faire c’était s’exprimer de manière indirecte, sous forme de devinettes qui exigeaient que Don — et chacun d’entre nous — se détermine par lui-même. L’extrême désir de la part d’entités aussi positives que Ra, de préserver le libre arbitre de chacun sur notre planète de troisième densité, est dû au fait que, si des entités telles que Ra donnent des informations susceptibles d’affecter nos choix futurs, alors ces entités n’auront pas seulement instruit les êtres de troisième densité, mais elles auront appris à leur place. En apprenant à leur place elles enlèvent la force spirituelle qui vient à celui qui lutte et finit par apprendre par lui/elle-même. Vu dans une perspective plus large, cela n’est pas un bon service, mais bien un mauvais service à rendre. A cause des doutes émis par Don sur l’opportunité du choix de la maison d’Atlanta pour notre nouvelle demeure, nous y avons finalement renoncé et sommes restés à Louisville pendant un an encore. C’est finalement à l’automne 1983 que nous avons trouvé une autre maison dans la région d’Atlanta et nous nous y sommes installés. Pour alors, la fatigue de Don était arrivée à un point critique, et en outre il avait commencé à se faire du souci pour son travail, car Eastern Airlines rencontrait des problèmes financiers.

Carla: Ah, pouvoir lire comme il faut les petits indices que le Créateur semble nous offrir! Jim et moi étions convaincus que le faucon était tout simplement une confirmation de ce lieu. Mais c’était Don le patron, et il éprouvait de grands doutes, au point qu’il a renoncé pendant un temps à l’idée de déménager, et a tenté d’acheter la maison que nous louions. Ainsi que je l’ai dit, une somme correspondant à 4% du prix de la maison était en litige, et Donald ne se voyait pas céder à l’avide propriétaire qui nous tenait à sa merci en nous disant: «achetez ou déguerpissez». Donc, en fin de compte nous étions forcés de déménager soit à Louisville, soit à Atlanta. Cette décision a été fatale, empreinte depuis le début de difficultés et de problèmes. C’est alors qu’a commencé la triste période de notre fin en tant que groupe capable de contact avec Ra.

Séance 97, 15 septembre 1982

Interlocuteur: J’ai réfléchi à la visite du faucon et fait l‘analyse suivante de l’oiseau sur la troisième lame. L’oiseau est un message du ‘soi’ supérieur et la position des ailes sur la troisième lame, l’une pointée vers la figure féminine, indique qu’il s’agit d’un message destiné à la femme qui agit comme catalyseur du mental. La position de l’aile pointée vers le bas indique que le message est d’une nature négative, indiquant l’inopportunité de certaines activités mentales ou plans. Est-ce que Ra veut commenter?

Ra: Je suis Ra. Non.

Interlocuteur: Est-ce que la raison de cette absence de commentaire est la première distorsion?

Ra: Je suis Ra. C’est exact.

Interlocuteur: J’ai interprété le faucon que j’ai vu à mon retour de la maison d’Atlanta comme un message, probablement de mon moi supérieur, indiquant que le plan du déménagement n’était pas des meilleurs ni le plus approprié car, sans ce faucon, nous aurions poursuivi nos plans s’il n’y avait pas eu ce catalyseur supplémentaire. Ce seul catalyseur, d’une nature remarquable, ne pouvait logiquement, à mon sens, que signifier qu’il y avait là un message concernant l’inopportunité de notre plan pour une raison encore à découvrir. Est-ce que Ra veut commenter?

Ra: Je suis Ra. Nous frôlons les limites de la Loi de Confusion en suggérant que toutes les créatures ailées n’ont pas une signification archétypale. Nous pourrions suggérer que l’observation partagée de phénomènes subjectivement remarquables est commune quand, dans une autre expérience d’incarnation, un travail important pour le service de l’accroissement de polarité a été partagé. Ces phénomènes partagés, subjectivement intéressants, agissent alors comme un moyen de communication dont la nature ne peut être discutée par ceux qui se trouvent en dehors de cette expérience d’incarnation, sans interférer avec le libre arbitre de chacune des entités impliquées dans le complexe d’événements subjectivement significatifs.

Interlocuteur: Est-ce que Ra peut nous dire quelle est la source de l’odeur bizarre qui règne dans cette pièce depuis ce matin?

Ra: Je suis Ra. Cette odeur a deux composantes. L’une est, comme il a été suggéré, le véhicule physique en décomposition d’un de vos rongeurs de deuxième densité. La seconde est un élémental qui tente de s’introduire dans les restes en putréfaction de cette petite créature pour y résider.

Le nettoyage de la pièce et la combustion d’encens ont découragé l’élémental. Dans une courte période de votre espace/temps le processus de décomposition aura éliminé les sensations moins qu’harmonieuses fournies au nez.

Interlocuteur: Je me trouve en ce moment dans une position difficile du point de vue de la décision, principalement à cause de l’apparition à mon retour d’Atlanta du faucon mentionné précédemment. Le seul objectif important est le travail que nous accomplissons, et qui inclut non seulement le contact, mais aussi la communication et la diffusion de ces transmissions parmi ceux qui pourraient le souhaiter. Puisqu’un déménagement était lié à cela et puisque le faucon était, pour moi, manifestement une fonction de ce processus, je me trouve à présent devant un dilemme par rapport à la situation optimale, parce que je n’ai pas encore vraiment déterminé quelle est la signification de ce faucon ou quels sont les avantages ou l’utilité d’un déménagement, et je ne veux pas enclencher un processus fondamentalement irréversible s’il doit avoir pour résultat la disparition de notre capacité à rendre service à ceux qui recherchent ce que nous sommes capables de manifester dans nos efforts. Est-ce que Ra veut commenter cette situation?

Ra: Je suis Ra. Celui qui pose les questions présume beaucoup, et commenter constitue une transgression de son libre arbitre. Nous pouvons suggérer de réfléchir à nos commentaires précédents concernant les créatures ailées dont vous parlez. Nous répétons que n’importe quel lieu de travail, convenablement préparé par ce groupe, est acceptable pour Ra. La distinction du choix vous appartient.

  Skip Navigation LinksL/L Research Library Transcripts - Table of Contents 1982 - Français La Loi Une, Livre V, Séance 97, Fragment 47 - 15 septembre 1982

Copyright © 2017 L/L Research