Skip Navigation Links
L/L Research
Home
Library
Are you a wanderer?
About Us
Carla’s Niche
Podcast
Online Course
Search
E-mail L/L
Copyright Policy
Recent Updates

Now on Bring4th.org

Bring4th.org

Forums

Online Store

Seeker Connector

Gaia Meditation

Subscriptions

Links

Donate/Volunteer

Join Us

Facebook

Twitter

Tumblr

Instagram


Lectorium

Transcriptions L/L Research

A PROPOS DU CONTENU DE LA TRANSCRIPTION QUI SUIT: Cette transmission reçue en télépathie est extraite des transcriptions de réunions hebdomadaires d’étude et de méditation tenues à Rock Creek Research & Development Laboratories et L/L Research. Elle vous est offerte dans l’espoir qu’elle vous sera utile. A l’instar des entités de la Confédération qui insistent toujours sur ce point, nous vous invitons à faire appel à votre discernement et à votre jugement pour évaluer son contenu. Si vous percevez de la vérité, tant mieux. Si vous ne vous sentez pas sur la même longueur d’onde, laissez de côté; car ni nous, ni ceux de la Confédération ne souhaitent mettre des obstacles en travers de votre chemin.

CAVEAT: La présente transcription a été vérifiée mais peut encore demander des corrections. Si vous constatez des erreurs, n’hésitez pas à nous en faire part, nous nous ferons un plaisir de les corriger. (Traduction française: Micheline Deschreider)

Méditation du samedi

26 avril 2008

Question du groupe: La question de ce soir est la suivante: « Voudriez-vous parler des principes spirituels qui sous-tendent le processus de création artistique? Dans une perspective spirituelle, quelles sont les différences, dans le processus créatif, entre poètes, romanciers, sculpteurs, peintres, compositeurs, paroliers, acteurs, et dramaturges? »

(Retransmission par Carla)

Nous sommes ceux connus de vous comme étant le principe de Q’uo. Salutations dans l’amour et dans la lumière du Créateur infini unique, au service duquel nous venons à vous ce jour. Merci de nous avoir appelés à votre cercle de recherche. C’est un grand honneur d’avoir été appelés. Nous ferons de notre mieux pour partager avec vous certaines de nos pensées sur ce sujet très intéressant des principes spirituels qui se trouvent derrière le processus créatif.

Comme toujours, nous demandons à chacun de ceux qui lisent ou écoutent cette matière de conserver leur sens du discernement, de manière à prendre de cette conversation ce qui vous est utile, et à laisser le reste de côté. Nous vous serons très reconnaissants de faire cela car ainsi nous pourrons parler librement, sans devoir nous préoccuper d’un risque de transgression de votre libre arbitre ou d‘une perturbation de vos processus.

Le principe spirituel qui se trouve derrière le processus de création est que chaque entité est le Créateur. Chaque entité a la capacité innée de créer des choses qui n’avaient jamais existé auparavant et de penser à des choses auxquelles il n’avait jamais été pensé. Chaque entité sur la planète Terre de troisième densité est équipée de tous les outils et ressources de la créativité.

Vous pouvez demander alors: « Pourquoi est-ce que tout le monde ne crée pas? ».

La difficulté d’être créatif c’est qu’il faut retenir ou produire un moyen de voir et de percevoir ce qui est original au Créateur. Votre culture n’encourage pas la pensée originale. Votre culture n’encourage pas les comportements et attitudes dirigés de l’intérieur. Votre culture a une réalité de consensus [1] qui est d’un matérialisme sans fin. C’est comme si, avec un océan qui l’entoure de partout, votre culture se tenait sur une petite île et disait: « Ceci est le monde. N’allez pas dans la mer. Ne plongez pas dans des eaux inconnues. Ceci est un jardin où il y a de la nourriture à manger et du travail à faire. Vivez votre vie. Ne mettez rien en question, acceptez l’autorité, ne faites pas de vagues. Ne pataugez pas sur les rivages de l’inconnu ».

La culture et sa réalité de consensus sont, à notre point de vue, l’illusion et l’eau est la réalité. La petite île créée est un assemblage de matière physique brute sur laquelle on peut se tenir, et elle est construite par la peur.

A chaque instant de chacune de vos vies sur la planète Terre, l’infini et l’éternité sont aussi proches de vous que l’est votre souffle; aussi proche que l’est le battement de votre coeur. Chaque moment sur cette terre apparemment solide parmi les préoccupations manifestement terre-à-terre, peut s’ouvrir en un instant pour révéler les stupéfiants complexité, paradoxe et mystère de l’infini du moment. Le sol s’efface et les eaux invitent, attirent et encouragent le coeur en recherche à s’évader de l’île de réalité de consensus et à effectuer un plongeon dans les eaux du nouménal [2], de l’inconnu et du merveilleux.

Il est à noter que l’impulsion artistique existe d’une certaine manière, sous une certaine forme à deux ou trois dimensions, chez chaque personne. Cependant, dans certains cas l’environnement de l’enfance est tel que trop de peur est construite par rapport à la connaissance de choses nouvelles pour qu’une entité ait la possibilité d’explorer ses pulsions créatives.

Dans d’autres cas, une entité peut grandement apprécier et se délecter de parties du processus créatif, mais elle est cependant incapable, en l’absence d’un talent de naissance, de manifester la merveilleuse vision artistique qu’elle a dans son coeur et dans son âme.

Il y a un certain pourcentage d’entre vous, dont beaucoup sont des missionnés, dont la nature est telle, et dont les choix pré-incarnation de talents sont à même de soutenir un processus de création. Les artistes et créateurs de ce que cet instrument appellerait ‘la propriété intellectuelle’ ne sont pas d’une espèce différente de celle des autres humains sur la planète Terre. Ce sont des gens dont les talents incluent une sensibilité à la beauté, qui les appelle à s’éloigner de l’île et à se jeter à l’eau.

Nous utilisons cette métaphore parce que la différence entre ce qui est non-magique et ce qui est magique, entre ce qui est non-créatif et ce qui est créatif, entre la planéité et la bi-dimensionnalité, dirons-nous, est celle qu’il y a entre la terre qui est sous les pieds et la figure qui parcourt la terre à un angle de 90° de celle-ci en tous temps. Il n’y a pas de rondeur. La vie est façonnée en carrés.

Dans l’eau, si l’eau se divise, chaque goutte est un globe. C’est un univers circulaire, approprié aux énergies circulaires du temps/espace et aux choses métaphysiques.

Nous voudrions passer à une métaphore différente à présent, et parler du portail qui ouvre sur l’infini intelligent, car la seconde partie de votre question, mon frère, a trait aux différences possibles entre divers types d’artistes et créateurs.

Nous voudrions faire une distinction, au début de cette conversation, entre les artistes et les entités qui adoptent une perspective intellectuelle et ne sont pas impliqués dans l’impulsion artistique mais ont découvert que ce qu’ils offrent est bien accepté et peut leur procurer une vie confortable. Nous parlons de ceux qui sont poussés par un élan irrésistible et spontané de créer. Ceux qui jouent un rôle et voient la production artistique comme une sorte de carrière ou travail se limitent eux-mêmes en restant dans les chakras inférieurs, dans l’expression de ce qu’ils ont à offrir ou de ce qui leur est offert s’ils sont chanteurs ou acteurs.

Nous parlons strictement, ainsi que nous croyons que en aviez l’intention, des artistes qui doivent exprimer ce qui est en eux et qui se sentent irrésistiblement attirés vers la performance et le partage de leurs talents. Si ces entités pensent ou non à offrir leurs talents dans un sens spirituel, il s’agit en fait par définition d’un exercice spirituel. Car pour établir un contact avec la pulsion créatrice, l’entité doit obligatoirement entrer dans le chakra du coeur ouvert ou chakra du rayon vert et de là poursuivre son chemin vers le haut, vers le rayon de la communication: le rayon bleu, et le rayon de la foi: le rayon indigo, et de là passer dans le rayon violet et arriver au portail qui ouvre sur l’infini intelligent.

L’artiste porte son attention vers un endroit où il peut tirer, de par delà ce portail, l’inspiration et les informations nécessaires à l’expression des visions qu’il a aperçues et des perceptions qu’il a eues à sa propre manière. Il est un chasseur de trésor qui trouve un trésor et doit ensuite le partager.

Cet instrument apprécie un musicien du nom de Willie [3]. Il a un jour été demandé à ce chanteur et parolier comment il faisait pour créer tant de belles mélodies. Celui du nom de Willie a dit: « Il y a en tous temps des mélodies qui traversent les airs. Il faut simplement en cueillir une dans l’air et y ajouter des paroles ». Cette entité avait tout à fait raison. Des possibilités infinies affluent par ce passage vers ceux qui y accèdent en tous temps. Il n’y a pas de limites à l’élan créateur.

Nous voudrions noter que la grande et universelle difficulté à laquelle doivent faire face les entités artistes est qu’elles aiment trop rester dans les chakras que nous venons de mentionner: le chakra du coeur, le chakra de la gorge, le chakra du front et le chakra du portail. Elles préfèrent rester complètement dans les chakras supérieurs, sans faire attention à, ni honorer, les chakras inférieurs. C’est pourquoi, elles se détachent de la terre pour ainsi dire. Elles ne sont pas ancrées dans leur vie et dans leur incarnation.

Voici quelle est la tentation pour ceux qui aiment les belles choses: ne pas réaliser que la beauté commence dans la puanteur de la naissance, le sang, les hurlements, la lumière qui agresse les yeux, et la terreur. Le processus créateur doit remonter, quotidiennement et consciemment, jusqu’à ces tout débuts de la vie, jusqu’au rayon rouge avec sa survie et sa sexualité, jusqu’aux rayons orange et jaune avec les relations, et travailler avec tout le corps énergétique afin de faire circuler la force et l’énergie pure au travers du corps énergétique, pour parvenir à faire le meilleur usage des dons spirituels de créativité sans détruire le corps, les émotions ou le mental, rapidement ou graduellement, à cause d’une inattention aux chakras inférieurs, à leurs problèmes et à ce qui les concerne.

Des artistes ont choisi avant l’incarnation d’emmener dans cette vie-ci divers talents créatifs. L’un pourra chanter. Un autre pourra être un acteur merveilleux. Un autre encore pourra écrire, et encore un autre pourra peindre. Les différences entre les diverses sortes d’art concernent la personnalité ou le caractère de l’individu qui s’efforce d’exprimer des sentiments et concepts artistiques.

Certains aiment rester dans le coeur et s’expriment du fond de leur coeur. Ce sont souvent des gens du spectacle. Ceux qui créent de la musique, créent des opéras ou des ballets, disons, travaillent à partir du chakra du coeur.

Il y en a d’autres qui ont un rayon bleu prononcé. Ceux qui ont ce caractère particulier trouveront irrésistible d’essayer de communiquer en utilisant de nouveaux moyens, et beaucoup parmi eux sont des écrivains, des dramaturges, des poètes et des instructeurs inspirés, car enseigner est en soi une forme d’art.

Nombreux sont ceux dont le caractère et la personnalité sont tels qu’ils sont attirés vers les univers de la foi, de la volonté et de la magie. Le mélange de ces énergies est unique à chaque artiste, de sorte que le mode de manifestation de cet art en eux est lui aussi unique. Certes, un artiste peut aussi passer, dans sa vie, par de nombreuses phases différentes au cours desquelles il part du coeur ou du désir de communiquer, ou bien du désir d’exprimer la magie de la vie. Mais c’est dans ces eaux-là que l’artiste s’ébat.

Nous demandons s’il y a une autre question, mon frère. Nous sommes ceux de Q’uo.

Jim: Est-ce que les nombres, rapports et coefficients arbitraires représentent une ‘lorgnette’ spirituelle valable pour comprendre un processus créatif et un produit créatif?

Nous sommes ceux de Q’uo et nous avons pris connaissance de votre question, mon frère. En effet, les mathématiques, et les coefficients sont intrinsèques et absolument nécessaires au processus de la création et quand un artiste éprouve des difficultés à se concentrer il peut être très utile à cette entité de travailler avec les mathématiques, en particulier avec la géométrie sacrée.

Si nous considérons le langage en soi, c’est de la géométrie sacrée. Chaque lettre d’un mot possède une certaine énergie. Chaque mot, composé de certaines lettres, a une certaine énergie. L’étude non seulement des langues mais aussi des alphabets et symboles est toujours fascinante, et l’on peut voir que par le portail des lettres et des mots peut circuler une quantité infinie d’énergie. De tels outils sont nécessaires à l’artiste.

En musique aussi il est évident qu’il existe une série de rapports mathématiques entre les douze tons de la gamme occidentale. Il y a des rapports mathématiques entre les divers accords, les duades et les triades du système d’octaves utilisé par les musiciens pour créer la beauté d’une mélodie et la richesse de l’harmonisation et de la symphonie.

Pouvons-nous demander s’il y a encore une question, mon frère?

Jim: Pour boucler la boucle, pourriez-vous parler des principes spirituels qui sous-tendent l’attirance pour les arts, la littérature et le théâtre, dans une perspective spirituelle, chez ceux qui ne sont pas des artistes (et chez la population en général) mais qui sont sensibles à la façon dont différentes sortes d’art peuvent ajuster de manière unique le processus créatif? Comment l’art nous affecte-t-il?

Nous sommes ceux de Q’uo et nous avons pris connaissance de votre question, mon frère. Comme nous l’avons dit précédemment, toutes les entités sont des créateurs mais toutes les entités ne sont pas poussées à exprimer leur créativité. Elles sont solidement amarrées à leur petite île de réalité de consensus. Elles ont besoin de sentir la terre ferme sous leurs pieds et le ciel au-dessus de leur tête. Elles souhaitent que leurs pieds ne s’enfoncent pas dans l’inconnu.

Et cependant, cette pulsion créatrice demeure en tous. Elle participe de l’appartenance au Créateur. Chaque entité est un sous-Créateur. Chaque entité a des capacités magiques. Chaque entité peut changer son monde par la foi et la volonté. Mais il y a une acceptation tellement profonde de la réalité de consensus chez un très grand nombre, qu’il n’y a pas d’exutoire potentiel à l’expression créative dans le sens d’une créativité originale, bien que vous puissiez observer une pulsion créative dans la vie d’une entité qui se contente de faire la collection de poupées Barbie, ou dans un sapin de Noël joliment décoré, ou dans des repas préparés avec amour, ou encore chez des enfants élevés avec génie.

De nombreuses personnes, quand elles sont laissées à elles-mêmes, n’entrent pas dans la création intellectuelle, dirons-nous. Elles ne quittent pas l’intérieur du cadre qui limite leur vie car elles s’y sentent en sûreté. Néanmoins, comme il est merveilleux d’entrer dans un théâtre, un cinéma, une maison d’opéra ou un lieu où se donne un ballet, de s’asseoir parmi les spectateurs et de laisser les exécutants les emmener sur l’eau! Elles ne pilotent pas le navire mais elles sont capables d’apprécier le voyage. Et elles savent que cette délicieuse dose de mystère et de paradoxe va finir et qu’elles seront redéposées en sécurité sur les rivages de leur île.

On peut voir cela comme (ceci est une comparaison superficelle mais qui peut être utile) la différence entre le cerveau gauche et le cerveau droit, si l’on dit que le cerveau gauche correspond à la vie sur l’île en mettant bien à profit le temps passé dans le cadre, et le cerveau droit qui s’en va mendier et ne voit pas ses besoins comblés. Il n’est pas exercé. Il est endormi. Alors l’art peut l’emmener sur l’eau, mettre fin à cet endormissement et le mettre en activité. Et soudain, le cerveau droit se met à fonctionner. Il se sent très bien. Il permet au spectateur ou à l’amateur d’art de se sentir comme s’il était lui aussi créatif. C’est contagieux.

Si on le regarde d’une autre manière, un artiste peut aussi être décrit comme une entité capable de comprimer l’immensité de l’expérience humaine dans une offrande assez petite pour qu’on puisse en apercevoir le tout. Dans cette compression en images, métaphores, mélodies et ainsi de suite, se produit une intensification de la puissance, de sorte qu’un artiste peut amener à traverser la peur et déposer le spectateur ou le public en un lieu de liberté ou d’amour.

L’artiste a tendance à dire une vérité qui, soit a échappé aux multitudes qui l’entourent, soit est devenue trop horrible à contempler et est donc ignorée. En outre, l’artiste est capable de faire traverser à un peuple, à une nation, à un monde, le processus du chagrin et du souci, en créant de la beauté à l’intérieur de ce chagrin, de ce souci, de ce désespoir.

Pouvons-nous compléter notre réponse, mon frère?

Jim: Finalement, d’une perspective spirituelle, quelle est la signification de la montée de l’intérêt pour la créativité dans quasiment tous les domaines culturels?

Nous sommes ceux de Q’uo et nous avons pris connaissance de votre question, mon frère. Peut-être avez-vous déjà entendu l’expression: « il y a quelque chose dans l’air »; « le printemps est dans l’air », « il y a une atmosphère de Noël ». Actuellement, mon frère, c’est le Nouvel Age qui est dans l’air. Le voile se fend. Le passage vers l’infini intelligent se fait plus facilement. Des vibrations de vérité sont en train de bombarder la planète Terre. D’une manière qui ne peut être ignorée, il y a interpénétration entre les vagues après vagues de clarté et de perception véritable, et la vibration de réalité de consensus de troisième densité.

Quand une entité est profondément endormie elle peut ressentir ces vagues d’énergie simplement comme une difficulté de plus en plus grande à vivre les choses, ce qui la force à se replier de plus en plus sur elle-même et à se focaliser uniquement sur la survie. Cela est dû au fait que cette entité ne s’est pas encore accueillie elle-même, qu’elle n’a pas encore appris à se connaître, qu’elle ne s’est pas encore acceptée et qu’elle n’a donc pas encore vu le Créateur à l’intérieur d’elle-même. Cependant, toute entité de la planète Terre est de nos jours capable d’arriver à une perspective dans laquelle ces énergies sont utilisées d’une manière positive.

Cela exige beaucoup de courage que de s’ouvrir à ces vagues tumultueuses de la perception et de se dire: « bon! Je vais me laisser rouler. Je vais utiliser cette énergie pour voir plus profondément en moi-même, pour mieux m’accepter, pour m’aimer davantage, pour voir le Créateur en moi, et pour honorer cette étincelle de la Divinité ».

Cette époque est extraordinaire. Car vos peuples s’approchent du jour de la remise des diplômes, dirons-nous, ce moment après lequel chaque mort à la planète Terre sera entièrement ouverte à la possibilité de passer en quatrième densité. Et la planète et le système solaire entier non seulement reçoivent ces incroyables vagues d’énergie qui signalent la fin de la troisième densité et le début de l’apparition de l’aube d’un nouvel âge de quatrième densité, mais il y a aussi un immense intérêt pour aider ceux de la planète Terre qui souhaitent réussir à aller de l’avant en s’engageant dans le Service D’Autrui.

C’est pourquoi, les plans intérieurs sont riches de ceux venus faire l’expérience de ce temps de glissement en compagnie des entités incarnées de la planète Terre. Des entités angéliques se trouvent partout. Les dévas de la nature et les esprits de la nature sont partout, tous désireux de jouer, chanter, danser avec vous, avec chacun, avec tous, invitant chacun à danser cette danse dans le soleil, dans la lumière, dans l’aube naissante du jour nouveau.

Quant à nous, nous sommes de ceux qui ont été attirés vers votre planète en cette période-ci afin de pouvoir, à notre manière humble et modeste, nous offrir à ceux qui peuvent trouver de l’utilité ou l’aide dans nos informations.

Vous pouvez vous attendre à observer de plus en plus de pulsions artistiques chez les enfants de votre planète quand ils naissent dans les limites très spécifiques d’entités qui vont vivre une partie de leur vie en quatrième densité. Leur ADN est câblé tant pour la troisième densité que pour la quatrième. Par conséquent, ils peuvent accepter des informations beaucoup plus créatives. Pour eux le voile est bien plus mince.

A présent nous voudrions demander s’il y a des questions dans la même ligne que cette série initiale de questions. Y a-t-il une autre question de la part de celui connu comme A? Nous sommes ceux connus comme étant Q’uo.

A: Oui, Q’uo. Voudriez-vous parler de la relation entre empathie et processus créatif?

Nous avons pris connaissance de votre question, mon frère. Il y a une profonde différence entre l’empathie (ou aptitude à éprouver des sentiments de sympathie pour une autre entité) et le processus créatif individuel. Vous pouvez voir cela comme la différence entre une action horizontale et une action verticale.

Quand une entité a le coeur tellement ouvert qu’elle est capable de se mettre dans la peau d’une autre et qu’elle peut faire du chemin en étant dans cette peau, elle a en fait accompli un acte créatif. Elle a accepté sa soeur comme elle-même. Elle a pris sa charge. Elle a vécu ce qu’elle n’aurait jamais pu vivre dans sa propre vie individuelle. Cela indique une personnalité magique et aimante qui est unique pour ceux qui se sont éveillés et sont devenus à même d’être des personnes magiques.

Cependant, cet échange empathique d’énergie est horizontal. Il se fait de personne à personne. Chacune des deux offre la dynamique du Créateur qui se trouve entre elles.

(Fin de la face 1 de la cassette.

(Retransmission par Carla)

Cependant, le Créateur n’est pas quelque chose que la personne empathique cherche à atteindre. L’empathie existe de personne à personne, d’oeil à oeil, et de coeur à coeur.

Dans le processus créatif d’un artiste qui travaille avec son imagination, il y a une énergie verticale où l’artiste s’ouvre à des énergies plus élevées, des perceptions plus élevées, et des nuances transformatives et magiques qu’il ressent et poursuit, tout comme dans, ainsi que nous l’avons dit, une chasse au trésor. Cela est une énergie verticale. C’est une énergie qui sort très nettement du cadre de la réalité de consensus, et qui va vers la prise de conscience du fait que le sol sur lequel vous vous tenez n’est qu’une illusion et que, en vérité, il y a de l’infini dessous, de l’infini au-dessus, et de l’éternité des deux côtés.

Pouvons-nous poursuivre plus loin, mon frère? Nous sommes ceux de Q’uo.

A: Oui, Q’uo, vous avez dit que … (inaudible).

Nous sommes ceux de Q’uo et nous avons pris connaissance de votre question, mon frère. Le sens de l’esthétique de l’artiste est aussi unique que sa personnalité. L’artiste tend à créer à partir de perceptions qui font quelque chose de neuf de ce qui est familier, et qui place quelque chose de connu en des endroits où ce quelque chose devient inconnu.

Pour donner un exemple, cet instrument a récemment vu l’oeuvre d’un artiste qui prend des objets de tous les jours comme des bouteilles d’eau en plastique, et il crée des photographies qui ont en elles une beauté de surface mais également la plus profonde expression d’un souci de la planète Terre. « Regardez toutes ces bouteilles d’eau » dit l’artiste avec cette photo. « Regardez cet océan de bouteilles d’eau que nous, en tant que nation, avons utilisées et jetées dans une seule journée ». Un vaste océan de bouteilles transparentes emplit la photo d’un côté à l’autre, et sous les vagues ondulantes d’une beauté cristalline se trouve le message.

Revenons en arrière pour un autre exemple. En des temps d’horreur et de guerre, celui du nom de Breugel [4] a peint ce qu’il voyait, et encore actuellement des entités peuvent regarder cette peinture et avoir une perception immédiate de la nature de la souffrance humaine.

Ce n’est pas que les choses sombres soient en elles-mêmes et par elles-mêmes, belles; et les choses positives ou lumineuses ne sont pas non plus belles en elles-mêmes et par elles-mêmes. C’est que la perception visuelle de la plate carte postale peut exploser en une infinité de concepts qui portent de la beauté.

Pouvons-nous vous répondre encore, mon frère?

A: (Inaudible)

Nous sommes ceux de Q’uo et nous avons pris connaissance de votre question, mon frère. Nous croyons que vous avez déjà conscience que ceci fait partie de votre processus actif personnel en ce moment. Nous ne voudrions pas faire le travail à votre place. Car il y a beaucoup de joie et une grande découverte qui vous attendent quand vous traversez votre processus par vous-même. Nous pouvons seulement vous dire que vos efforts sont positifs et aimants, et nous vous souhaitons tout le bonheur possible grâce à eux.

Y a-t-il une dernière question à présent? Nous sommes ceux de Q’uo.

R: En regardant la nature de la polarité négative et du karma, il y a une supposition selon laquelle quand on polarise dans le sens négatif, par exemple comme un maître d’esclaves, alors le karma nous attire vers l’expérience opposée: être esclave. Quand on est dans la position de quelqu’un qui souffre et qu’on en fait les frais, est-ce qu’on polarise tout de même d’une manière négative? Pourriez-vous faire un commentaire sur cette question?

Nous sommes ceux de Q’uo et nous avons pris connaissance de votre question, mon frère. Il est tout à fait possible et très probable qu’une entité qui fait les frais d’une soumission à la puissance, c’est-à-dire qu’elle est impuissante, se polarise très fort vers le négatif.

Si vous pensez à la nature de la polarité négative, la polarité négative voit tous les autres comme des objets à utiliser et se voit elle-même comme la reine de la Création. Quand une telle entité avec un tour d’esprit aussi basique est dans une position d’impuissance, elle est libre de passer toute son incarnation à aiguiser la lame de sa rage. Elle peut utiliser chaque affront, chaque insulte, pour devenir aussi aiguisée que la lame d’une hache dans son dédain et son dégoût de tous sauf d’elle-même.

Et en parlant métaphysiquement de polarité négative, vous ne voyez pas tant l’état extérieur que les possibilités de parcourir le chemin-qui-n’est-pas. Suivre le chemin-qui-n’est-pas signifie nier que vous et l’autre êtes un. Qu’une entité polarisée négativement soit en haut ou en bas, en termes de position occupée par elle dans la société, elle est également capable d’aiguiser la lame de sa colère et d’accentuer sa séparation d’avec tous les autres.

Nous sommes ceux de Q’uo et nous constatons que l’énergie de cet instrument faiblit. C’est pourquoi nous allons maintenant dire, avec grand regret, comme Roméo: « dans cet adieu il y a tant de douceur » [5]. Nous vous laissons comme nous vous avons trouvés, dans l’amour et dans la lumière du Créateur infini unique. Adonaï. Adonaï.

 

[1] La réalité de consensus est une phrase qui répond à la question suivante: « qu’est-ce qui est réel? », en affirmant que ce que nous acceptons pour réel, est réel. Le film The Matrix, par exemple, traite du sujet de la réalité de consensus. L’implication est que la réalité de consensus a en fait peu à voir avec la réalité véritable, et c’est là l’inférence suggérée par l’usage que Q’uo fait de ce terme.

[2] Dans la philosophie de Kant, le noumène est défini comme étant « un objet en soi, indépendant du mental, opposé au phénomène ». Il est aussi appelé une ‘chose en soi’. L’expression utilisée par Kant est « ein Ding an sich ». Le nouménal est donc quelque chose qui a une existence réelle en dehors de notre mental. Ici aussi on peut inférer que la réalité de consensus n’est pas aussi réelle que la véritable réalité séparée de notre mental.

[3] Willie Nelson

[4] Pieter Bruegel (Peeter Brueghels, Pieter Brueghels, Pieter Bruegel, Pierre Breugel l’Ancien- NdT), peintre flamand du XVIe siècle. Certaines de ses toiles représentent des sujets très sombres, « le massacre des Innocents », « la chute des anges rebelles », « le triomphe de la mort », mais sont très belles.

[5] Ce sont les mots dits par Juliette à l’Acte II, Scène 2, ligne 184 de Romeo and Juliet de William Shakespeare. La fin de la tirade est: « Good night, good night! Parting is such sweet sorrow, That I shall say good night till it be morrow. » (« Adieu, adieu. Oh! Dans cet adieu il est tant de douceur que je dirais et redirais adieu jusqu’à ce que le matin vînt nous surprendre. » Traduction française: Roméo et Juliette - Les Classiques pour Tous - Librairie Hatier - éd. 1949).

  Skip Navigation LinksL/L Research Library Transcripts - Table of Contents 2008 - Français 26 avril 2008

Copyright © 2017 L/L Research