Skip Navigation Links
L/L Research
Home
Library
Are you a wanderer?
About Us
Carla’s Niche
Podcast
Online Course
Search
E-mail L/L
Copyright Policy
Recent Updates

Now on Bring4th.org

Bring4th.org

Forums

Online Store

Seeker Connector

Gaia Meditation

Subscriptions

Links

Donate/Volunteer

Join Us

Facebook

Twitter

Tumblr

Instagram


Lectorium

Transcriptions L/L Research

A PROPOS DU CONTENU DE LA TRANSCRIPTION QUI SUIT: Cette transmission reçue en télépathie est extraite des transcriptions de réunions hebdomadaires d’étude et de méditation tenues à Rock Creek Research & Development Laboratories et L/L Research. Elle vous est offerte dans l’espoir qu’elle vous sera utile. A l’instar des entités de la Confédération qui insistent toujours sur ce point, nous vous invitons à faire appel à votre discernement et à votre jugement pour évaluer son contenu. Si vous percevez de la vérité, tant mieux. Si vous ne vous sentez pas sur la même longueur d’onde, laissez de côté; car ni nous, ni ceux de la Confédération ne souhaitent mettre des obstacles en travers de votre chemin.

CAVEAT: La présente transcription a été vérifiée mais peut encore demander des corrections. Si vous constatez des erreurs, n’hésitez pas à nous en faire part, nous nous ferons un plaisir de les corriger. (Traduction française: Micheline Deschreider)

Méditation du samedi

28 novembre 2009

Question de J: (Jim lit): La question de ce soir concerne le processus de la recherche. Quand le chercheur s’efforce d’intégrer tout ce qu’il essaie d’apprendre de vies antérieures et de cette vie-ci, Ra a dit que le chercheur devient de plus en plus ce qu’il vit, « de plus en plus tel qu’il en est ». Et tel qu’il est, il est le Créateur infini unique [1]. Nous nous demandons si à mesure que nous devenons le Créateur unique nous abandonnons notre identité. Est-ce que c’est quelque chose qui va nous manquer quand nous devenons le Créateur unique? Et quand nous vivons de plus en plus en tant que le Créateur, il semblerait que cela se rapporte davantage à l’être qu’à l’agir. Est-ce que Q’uo pourrait nous parler de la manière dont le chercheur progresse le long de la ligne de l’évolution, la ligne d’évolution qui spirale vers le haut pour devenir le Créateur? Qu’est-ce qui est gagné? Qu’est-ce qui est perdu? Et comment cela s’opère-t-il?

(Retransmission par Carla)

Nous sommes ceux connus de vous comme étant le Principe de Q’uo. Nous vous saluons dans l’amour et dans la lumière du Créateur infini unique au service duquel nous venons à vous ce jour. Merci de nous avoir appelés à votre cercle de recherche ce soir. Nous sommes très honorés de pouvoir nous joindre à votre méditation et offrir nos humbles opinions pendant cette séance de travail. Pouvoir collaborer avec cet instrument est un plaisir, en vérité, et nous remercions chacun d’entre vous d’avoir réservé du temps et de l’énergie de vos vies si remplies et si occupées pour vous assembler afin de créer un espace sacré dans lequel vous pouvez chercher la vérité.

Comme toujours, avant que nous commencions nous voudrions demander à chacun de ceux qui écoutent ou lisent ces mots qu’il écoute attentivement les mots qui résonnent et laisse de côté toutes les pensées avec lesquelles il ne résonne pas. Nous apprécierions hautement que vous fassiez usage de vos facultés de discernement et de discrimination. Cela nous permettra de parler librement sans être préoccupés par le fait que nous pourrions transgresser votre libre volonté ou perturber le rythme de votre voie de recherche.

La question que vous posez ce soir est des plus intéressantes en ce sens qu’elle combine des questions concernant ce que cet instrument pourrait appeler « la petite vie d’une incarnation » et la vie du flux de l’âme qui vit une vie plus ample dans la zone de l’éternité, en passant par toutes les densités d’expérience, d’octave en octave, depuis l’intemporalité de l’alpha jusqu’à l’intemporalité de l’oméga, pour vous éveiller en fin de compte dans l’alpha de la Création suivante. Car ne doutez jamais, mes amis, que vous êtes infinis et éternels. Oui, vous êtes des étincelles du Créateur et oui, vous êtes le Créateur. Et une fois encore, dans la Création suivante vous serez à nouveau des étincelles du Créateur quand le Créateur choisit une nouvelle fois de se connaître Lui-même.

Si nous voulions parler d’une incarnation en particulier en répondant à cette question, sans passer à un certain moment à la prise en considération du grand champ d’essence [2] qu’est le flux de l’âme, notre réponse serait plus facile à comprendre. Mais elle n’aurait pas les nuances requises par ceux de ce cercle. Par conséquent, nous demandons votre indulgence si nous semblons nous écarter des considérations de la petite vie d’une incarnation pour passer à des considérations concernant le champ du flux de l’âme, flux dans lequel vous avez soigneusement choisi les quelques éléments de ce que cet instrument pourrait appeler la ‘personnalité’ afin que vous puissiez vous focaliser sur cette petite vie, avec le potentiel d’obtenir un degré infini de clarté qui atteigne à la fois vos objectifs de service et ceux d’apprentissage dans l’incarnation présente, et fasse progresser le potentiel du flux de votre âme dans son ensemble pour diminuer la distorsion et, ainsi que l’a cité celui du nom de Jim, vivre le plus possible tels que vous êtes.

Quand on commence avec l’affirmation fondamentale que tout est un, l’on crée un paradoxe qui peut ne jamais être expliqué. Si toutes choses sont une, alors pourquoi les entités sont-elles uniques les unes par rapport aux autres? Pourquoi ne sont-elles pas toutes également des hologrammes ou images du Créateur infini unique? Les paradoxes se poursuivent à partir d’ici. Si une entité est du Créateur, à quel moment est-ce qu’une entité ne vit pas comme le Créateur? Ces deux paradoxes ne sont qu’un début, mais ils suffisent peut-être à indiquer que quand on parle de la manière de suivre l’objectif de devenir le Créateur on arrive dans un pays de paradoxes et de mystères dans lequel les modèles connus de la logique n’aident pas nécessairement beaucoup. Par ailleurs, si l’on met de côté les ressources de la logique et de l’intellect, on devient rapidement incapable de communiquer avec le ‘soi’ d’une manière consciente, et l’on prive ainsi le ‘soi’ de tous les avantages durement acquis par l’être humain incarné.

C’est pourquoi nous suggérons que l’on ne se repose pas entièrement sur l’intellect et l’usage de l’esprit logique, ni sur les énergies et essences de la foi et de l’appréhension directe ou gnose. Nous suggérons plutôt que vous preniez conscience de la situation dans laquelle vous vous êtes placés vous-mêmes comme des étrangers dans un pays étrange, et comme des natifs de ce pays, à l’intérieur du corps d’os et de muscles, de cette distillerie chimique qui vous véhicule si bien tout au long de votre incarnation physique.

Vous vous semblez très limités: vous devez respirer pour vivre. Vous devez manger et boire la nourriture et les liquides qui vous nourrissent. Vous devez prendre soin d’un distillateur chimique qui élimine ce qui est usé d’une manière qui peut paraître moins que spirituelle. De millions de petites façons, la physicalité vous tiraille pour vous rappeler les limitations dans lesquelles vous demeurez pour pouvoir devenir vous-mêmes.

A l’inverse, à l’intérieur de cela (ainsi que celle du nom de L l’a exposé dans son dessin, montré précédemment dans ce cercle de discussion) il y a, dans cette toile de limitations, de souffrances, et de douleurs, l’inimitable pierre magique du maintenant, un maintenant qui résonne depuis la petite vie vers le courant de l’âme, jusqu’au Créateur infini unique.

Sans votre physicalité, sans votre localisation dans l’espace/temps, sans les immenses sacrifices que vous faites en tant que courants d’âme pour vous projeter dans une illusion physique qui est liée à l’espace et liée au temps, vous n’auriez pas la capacité de contenir l’espace potentialisé dans lequel toutes les frontières entre le Logos de l’amour absolu et inconditionnel et le courant d’âme, non lié à l’espace mais fermement pris dans ses propres limitations métaphysiques, peuvent se canaliser dans cet espace que vous ne pouvez garder ouvert qu’en étant incarnés.

C’est comme si, dans les limites étroites d’une petite vie, d’une personnalité, et d’un caractère qui paraissent très limités vous teniez entre vos mains les plus grands espoirs du Créateur de se connaître Lui-même, non pas seulement en termes d’espace/temps mais parfois en termes de temps/espace et parfois en termes de la Création tout entière. La puissance de votre position est stupéfiante à plus d’un égard. Il est aussi bien qu’une entité qui s’éveille du rêve terrestre à une connaissance de son ‘soi’ le plus grand n’ait aucune idée de la puissance qu’elle porte.

Car en un sens vous êtes comme des chiots et vous devez croître dans vos pieds, dans vos oreilles et dans votre queue. Quand d’un penseur immature vous vous transformez en un chercheur de plus en plus éveillé, alerte et attentif, vos pattes de chiots commencent à s’affermir. Vous commencez à grandir en devenant vous-même, pour ainsi dire.

Les sortes de stratégies utilisées par les divers chercheurs pour croître et devenir de plus en plus des entités spirituellement matures sont extrêmement variées. Celui du nom de J se fait l’écho des questions posées par bon nombre d’entre vous sur votre sphère en ce moment, et qui ont recours à leurs souvenirs d’incarnations antérieures pour mieux faire sens de leur identité, le raisonnement étant que, puisque si peu de la personnalité donnée en une incarnation peut être rassemblé par le flux de l’âme, on doit sûrement gagner en qualité de connaissance de soi quand on rassemble de plus en plus de détails sur d’autres incarnations et qu’on parvient à intégrer ces prises de conscience dans un seul concept du soi.

Il y en a qui, comme celui du nom de S, ont trouvé que des moments hors du temps arrivent sans avertissement ni planification préalable, et dans lesquels le sens du ‘soi’ devient sonore et clair. Le contenu intellectuel de ce sens du ‘soi’ est pratiquement nul. Cette voie vers la conscience d’une vie tel que l’on est s’étend bien plus loin le long des lignes de quelqu’un dont la force réside dans les directes appréhension et intuition, et la gnose.

Outre ces deux voies de compréhension de davantage de détails en provenance de la mémoire profonde, et d’un sens de soi venant de l’appréhension directe, il existe d’autres voies, trop nombreuses pour les mentionner toutes. Nous ne croyons pas qu’il soit nécessaire au chercheur en spiritualité d’arriver à une compréhension détaillée d’aucune de ces voies ni d’autres voies d’ailleurs. Ce que nous espérons faire en vous parlant c’est vous donner davantage le sens de votre situation. L’importance de l’appréhension directe ou de l’intégration consciente de détails de plus en plus nombreux du ‘soi’ s’efface devant la prise de conscience du potentiel de votre humanité.

Vous êtes tout ce qui est. Focalisez-vous, en passant par les divers ordres de magnitude, au-delà de votre capacité de l’exprimer au travers de cet instrument, jusqu’à l’endroit où réside une puissance inimaginable, non pas simplement en vous tels que vous vous voyez vous-mêmes ou en vous tels que nous vous voyons, mais en vous tels que vous êtes au-delà de toute description à n’importe quel niveau.

Vous avez demandé, quand de la conscience spirituelle est acquise, quand on est capable de vivre tel qu’on est, ce qui est gagné et ce qui est perdu. Examinons d’abord le processus qui décrit ce qui est gagné.

Vous arrivez à connaître, au-delà des détails de vos préférences et de la manière dont vous ressentez, sentez par l’odorat et le goût, ce qui est vous. Nous essayons de vous pousser au-delà de vos sens, mais nous utilisons les sens que vous comprenez pour indiquer que chacun de vous est une fleur dans l’éternité, une fleur exquisement unique, pas seulement dans cette petite vie, mais dans le sens plus large d’un flux de l’âme d’infinie expérience et variété. Comment il se fait que, quand le courant d’âme s’élabore densité après densité et expérience après expérience, il reste d’une certaine façon fidèle à lui-même, cela nous n’avons aucun moyen de le savoir. Nous observons seulement que c’est ainsi.

Que gagnez-vous en réalisant de plus en plus ce que cela fait d’être vous? Vous acquérez liberté et paix. Vous n’avez pas besoin de vous défendre. Vous n’avez pas besoin de vous protéger. Vous n’avez pas besoin d’expliquer. Vous êtes. Et qui et ce que vous êtes est une créature d’une telle beauté, vérité, valeur, et vie, que tout contenant de mots ou de concepts que vous pourriez tenter d’utiliser pour dire: «Je Suis et je t’étreins, tu es le Créateur infini unique» est inadéquat. Mais cette infinité, cette ‘Créateurité’ vous est unique, et c’est un cadeau que vous faites à l’Un infini. Ce présent est donc sans prix.

Que perdez-vous quand vous gagnez dans cette perception de votre propre essence? D’une manière il peut être dit que vous perdez beaucoup car, à mesure que vous devenez plus à l’aise avec le ‘soi’ le plus profond que vous êtes au-delà de la distorsion, les distorsions se mettent à disparaître. Est-ce que vous vous appréciez parce que vous savez bien raconter des blagues? Peut-être que cette caractéristique de la personnalité a disparu et que les blagues auxquelles vous riez ne sont plus celles qui vous faisaient rire vous et ceux de votre entourage.

C’est comme si on demandait à une vieille personne ce qu’elle a perdu en devenant vieille. Elle peut répondre : «j’ai perdu mes attraits, mes dents, mon bon-sens, ma capacité à passer quatre heures sans devoir aller aux toilettes». Ou bien elle peut répondre: «J’ai perdu mes craintes, mes préoccupations, ma colère, mes préjugés et les limites que je m’étais imposées». Mes amis, il n’est pas douteux qu’au cours du processus consistant à devenir une entité plus mature, spirituellement parlant, des choses vont vous quitter, et que ce que vous êtes aura moins de distorsion et plus d’amour.

Si vous estimez vos distorsions et que vous dites: «Je suis ce que je suis grâce à ces distorsions, qu’elles soient physiques, émotionnelles, caprices de la personnalité, ou bien dons ou limitations particuliers», alors vous allez éprouver le sentiment d’avoir perdu beaucoup quand vous vous approchez de la congruence avec la fréquence et la vibration du Créateur infini unique, qui est l’Amour.

Ainsi que le dirait cet instrument, qui est une chrétienne mystique, quand vous prenez conscience de votre sainteté et de votre foyer dans les mondes célestes partagés par des anges et ceux qui ne sont pas descendus dans les vibrations de la Terre, vous perdez la particularité, qui peut vous être chère, de votre rang dans la société, de vos aptitudes extérieures, et de toutes les références par lesquelles vous vous êtes distingués des autres.

Quel est le gain et quelle est la perte quand vous voyez l’opportunité, dans une petite vie, d’avoir un canal ou un espace qui connecte cette particularité à l’infini et qui porte ou peut transporter l’amour infini et la lumière de l’Unique depuis le cœur embrasé du mystère jusqu’à la robuste vie stable, une vie qui passe à travers vous sans effort mais avec une intention infinie et intense? Ceci est votre opportunité d’être et dans cette essence, d’offrir votre canal, votre instrument, votre essence, creusé, vidé des détails des dons et de la personnalité, afin que votre vie et la vie de votre monde puissent être éclairées du dedans par l’amour.

Enfin, vous demandez comment vivre tels que nous sommes? Mes amis, chaque moment de votre vie est un moment dans lequel le potentiel d’être, de savoir que vous êtes un être, et de vous appuyer sur cette connaissance avec l’intention de servir, vous est présenté comme un don. Allez-vous prendre ce don à ce moment? Vous êtes peut-être distrait, mais un autre moment se présentera immédiatement après, puis un autre, et encore un autre. Et c’est ainsi. Il n’y a dans votre vie en tant qu’entité de troisième densité en incarnation, aucun moment qui ne soit pas absolument et complètement plein de l’opportunité de connaître le soi, d’accepter le soi, et de devenir le Créateur.

Mes amis, nous sommes bien conscients que nous n’avons fait qu’effleurer la surface de cette très intéressante question, mais nous avons le sentiment qu’une pause serait la bienvenue, et nous allons demander s’il y a une suite à cette question. Nous sommes ceux de Q’uo.

L: Je voudrais vous demander de faire un commentaire sur une théorie que j’ai. Quand je mets le tout ensemble, je commence à voir que les différentes incarnations, les différentes vies, sont comme les pièces d’un puzzle qui se complète au fil du temps jusqu’à ce que, finalement, tout le puzzle se montre. Et cependant, chaque pièce se trouve toujours dans le puzzle, de sorte que rien de ce qui est vécu n’est perdu. Il y a un perpétuel gain, une perpétuelle croissance, et le puzzle est de plus en plus complété, des pièces sont ajoutées à ce qui est ‘soi’, de sorte qu’on ne devient pas plus petit. On devient plus grand. Est-ce que cela serait une façon appropriée de décrire ce concept?

Nous sommes ceux de Q’uo et nous avons pris connaissance de votre question, ma sœur, et nous allons vous répondre de deux manières. Premièrement, nous voudrions dire que, en effet, les expériences d’une incarnation et d’une autre et encore une autre, et ainsi de suite, créent en vérité une expression de plus en plus détaillée et articulée du ‘soi’ en tant que courant de l’âme. De cette manière, vous avez tout à fait raison, ma sœur.

D’un autre côté, nous voudrions souligner que de notre point de vue du moins, et comme vous le savez, ce n’est que notre opinion …

(Fin de la face 1 de la cassette)

(Retransmission par Carla)

… il est utile, dans une incarnation d’accepter l’hypothèse que ce que vous avez besoin d’apprendre et qui doit servir votre ‘soi’ le plus élevé et le meilleur, a été offert et, de ce fait, il n’y a pas autant d’avantages qu’il peut sembler y en avoir à rassembler d’autres détails incarnationnels. Nous disons cela parce que le processus de devenir de plus en plus le ‘soi’ est un processus de raffinage et de distillation de l’essence. Ce n’est pas la multiplication des détails qui informe la partie la plus profonde du soi. C’est en fait la volonté du ‘soi’ d’ouvrir les processus d’émotions et de sensations à la distillation et au raffinage.

Le ‘soi’ que vous êtes, tant en incarnation que en tant que courant d’âme, est un ‘soi’ dans lequel il y a de nombreuses, de très nombreuses couches, traversant la surface de la conscience, les niveaux supérieurs du subconscient, et les racines profondes du mental, racines parmi lesquelles les plus importantes sont celles du ‘soi’ archétypal.

Vous, en tant qu’instrument de particularité et d’infini combinés, vous avez la capacité de résider à l’intérieur de la surface de vos émotions, en réagissant avec impulsivité et vigueur à chaque sentiment. Vous avez aussi une capacité infinie de permettre aux émotions de pénétrer le ‘soi’ conscient, le ‘soi’ qui rêve, le ‘soi’ qui parcourt les couloirs du mythe et des traditions, et le ‘soi’ qui a obtenu l’accès aux grandes voies d’eau de l’émotion qui composent le mental archétypal.

Demander au ‘soi’ de permettre que les émotions soient raffinées et purifiées c’est demander au ‘soi’ de marcher dans le feu de la souffrance. Car si l’on se défend contre la douleur d’un type émotionnel ou d’un type spirituel, on cesse d’être capable d’aller plus profond dans ces nombreux, ces très nombreux niveaux du ‘soi’ qui s’assemblent dans le mental archétypal. En fait, c’est par des expériences répétées d’émotions profondément douloureuses comme le chagrin, la colère, la jalousie et la rage que l’on devient, ô combien lentement, capable de supporter la beauté de l’émotion pure.

Comme il en va pour toutes choses en spiritualité, le paradoxe est que quand on est capable de s’ouvrir à la douleur de s’enfoncer plus profondément dans sa vie émotionnelle, on est de mieux en mieux à même de voir, de supporter, de conserver, d’accepter, les émotions de joie, de félicité et de paix. Car, comme dans tous les niveaux et moyens de comprendre le Créateur infini unique, l’essence est toujours l’amour. Par conséquent, le fleuve de chagrin, le fleuve de rage, tous les fleuves quels qu’ils soient, d’émotion purifiée, mènent en fin de parcours à l’océan de félicité, qui est l’état constant d’amour infini. En un sens, il est terrifiant de ne pas défendre le ‘soi’.

Nous n’encourageons pas la non-défense s’il y a quelque chose à défendre. Nous ne vous encourageons pas à repousser ce que vous pouvez supporter. Nous vous demandons de tracer des limites claires quand vous avez à le faire, afin que vous puissiez maîtriser d’une manière intégrée et saine l’enveloppe de personnalité avec laquelle vous êtes venus en incarnation. Il est bon de protéger votre santé mentale et votre sens du ‘soi’. Il vaut beaucoup mieux faire cela et aller lentement vers la purification des émotions que d’exiger du ‘soi’ qu’il dépasse les limites de ce qu’il peut supporter.

Mais sachez, et ayez confiance dans ce fait, que de l’aide est disponible quand les émotions que vous avez à traiter sont difficiles, de sorte que vous pouvez peut-être vous ouvrir juste un poil de plus et avoir un iota de moins de peur parce que vous pouvez sentir l’aide qui est avec vous, qui vous soutient, et qui vous permettra de supporter davantage.

Car quand vous supportez davantage, quand vous subissez de la souffrance à un niveau plus profond, vous brûlez ce qui est distorsion. Vous purifiez les émotions que vous êtes venus tenter de purifier. Et lorsque vous apprenez de ces manières, cette activité est hautement protégée. Il est nécessaire de reconnaître l’aide, il est nécessaire de demander l’aide, mais cette aide est aussi proche de vous que votre respiration.

Pouvons-nous vous répondre encore, ma soeur? Nous sommes ceux de Q’uo.

L: Non, Merci. Vos paroles résonnent très bien en moi.

Nous sommes ceux de Q’uo et nous vous remercions, ma soeur. Nous allons demander s’il y a une dernière question à présent. Nous sommes ceux de Q’uo.

Interlocuteur: J’ai une question à propos de celle-ci. Si l’on parvient à intégrer tous les aspects de l’incarnation est-ce que cela rend plus efficient l’apprentissage des leçons pendant la vie? Et aussi, est-ce que cela rend la polarisation plus efficiente?

Nous sommes ceux de Q’uo et nous pensons que nous avons pris connaissance de votre question, mon frère. L’addition de détails en provenance d’incarnations diverses à ce qui est su à partir de l’incarnation dans laquelle on fait l’expérience du temps et de l’espace peut, dans certains cas, clarifier l’un ou l’autre sujet qui est une énigme. Et c’est peut-être parce qu’est venu le temps d’une clarification de telles questions que des souvenirs d’une incarnation précédente peuvent percoler. Par conséquent, nous pouvons dire qu’il y a un aspect positif au travail sur les incarnations outre celle dans laquelle vous faites en ce moment l’expérience de la vie.

Cependant, mon frère, il y a une limitation correspondante qui est amenée par le fait d’accorder de l’importance aux détails d’autres incarnations. Cela est dû à ce que chaque incarnation est un tout en et par elle-même. L’entité que vous avez été dans n’importe quelle autre incarnation vous serait impossible à reconnaître du point de vue de la personnalité ou, comme pourrait dire cet instrument, de l’enveloppe de la personnalité. C’est-à-dire que, dans chaque opportunité d’incarnation, vous avez pris dans un stock infini de caractéristiques, de dons, de limitations et d’associations antérieures, une petite partie du tout et vous avez créé pour vous-même une persona, un avatar [3] si vous voulez.

Pour que votre avatar puisse jouer un pur jeu il n’a besoin de rien d’autre que de son essence. Pendant cette incarnation, le pouvoir des détails additionnels à distraire le ‘soi’ du plein respect de son essence, est variable, mais dans certains cas il peut être utile pour évaluer des détails en provenance d’autres incarnations (mais pas votre connaissance de celles-ci) quand ils surviennent et sont justement une partie de ce que vous savez. Mais nous suggérerions que vous les libériez de la contrainte de tenter de les faire entrer dans le moule d’un être plus ample qui vous révèle davantage que vous ne découvrirez quand, comme l’a dit celui du nom de S, vous êtes assis au soleil et que vous prenez soudain conscience de vous-même.

Mes amis, c’est avec tristesse que nous nous séparons de vous, car nous avons grandement apprécié cette conversation, ainsi que la beauté et le courage de vos esprits. Et l’espace sacré qu’ils ont formé est imposant.

Merci. Merci de nous avoir appelés. Merci à cet instrument de collaborer avec nous. Merci au Créateur infini unique que vous et nous tous servons, pour cette opportunité d’être ensemble dans Son amour et dans Sa lumière. Nous sommes connus de vous comme étant le Principe de Q’uo. Nous vous laissons comme nous vous avons trouvés, dans l’amour et dans la lumière du Créateur infini unique. Adonaï.

 

[1] Ra, séance 73, 21 octobre 1981. Dans son contexte, la citation est la suivante:

INTERLOCUTEUR: Il me semble que la chose de première importance pour ceux qui suivent la voie du Service D’Autrui est le développement d’une attitude que je ne peux décrire que comme une vibration. Cette attitude se développerait par la méditation, le rituel, et l’appréciation croissante de la Création ou du Créateur, ce qui a pour résultat un état d’esprit que je ne peux exprimer que comme une augmentation de vibration ou d’unité avec tout. Pourriez-vous développer et corriger ce que j’ai dit?

RA: Je suis Ra. Nous n’allons pas corriger ce que vous avez dit, mais le développer en suggérant qu’à ces qualités vous pouvez ajouter le vécu jour après jour et moment après moment, car le véritable adepte vit de plus en plus comme il en est.

[2] Original : ‘being’ (NdT)

[3] www.avatar.com.fr/francophone/popupavatar.html Définition d’Avatar (d’après le Petit Robert) :

1) Dans la religion hindoue, chacune des incarnations de Vishnou.

2) Sens figuré : métamorphose, transformation.

Dans l’usage que nous en faisons, le mot désigne des êtres libres et créatifs qui, à partir d’un état de source, peuvent créer des états qu’ils peuvent expérimenter réellement et possèdent le courage et la capacité d’intégrer une création; la capacité de diriger leur propre identité; la capacité de changer l’interprétation de leurs expériences. Dans une certaine mesure, Q’uo paraît utiliser ces deux définitions.

  Skip Navigation LinksL/L Research Library Transcripts - Table of Contents 2009 - Français 28 novembre 2009

Copyright © 2017 L/L Research