Skip Navigation Links
L/L Research
Home
Library
Are you a wanderer?
About Us
Carla’s Niche
Podcast
Online Course
Search
E-mail L/L
Copyright Policy
Recent Updates

Now on Bring4th.org

Bring4th.org

Forums

Online Store

Seeker Connector

Gaia Meditation

Subscriptions

Links

Donate/Volunteer

Join Us

Facebook

Twitter

Tumblr

Instagram


Lectorium

Transcriptions L/L Research

A PROPOS DU CONTENU DE LA TRANSCRIPTION QUI SUIT: Cette transmission reçue en télépathie est extraite des transcriptions de réunions hebdomadaires d’étude et de méditation tenues à Rock Creek Research & Development Laboratories et L/L Research. Elle vous est offerte dans l’espoir qu’elle vous sera utile. A l’instar des entités de la Confédération qui insistent toujours sur ce point, nous vous invitons à faire appel à votre discernement et à votre jugement pour évaluer son contenu. Si vous percevez de la vérité, tant mieux. Si vous ne vous sentez pas sur la même longueur d’onde, laissez de côté; car ni nous, ni ceux de la Confédération ne souhaitent mettre des obstacles en travers de votre chemin.

CAVEAT: La présente transcription a été vérifiée mais peut encore demander des corrections. Si vous constatez des erreurs, n’hésitez pas à nous en faire part, nous nous ferons un plaisir de les corriger. (Traduction française: Micheline Deschreider)

Méditation du samedi

16 octobre 2010

Jim: Q’uo, la question de ce soir, posée par G, est la suivante: « peu de systèmes de pensée confèrent autant de responsabilité à l’entité individuelle que le fait La Loi Une. Dans cette philosophie, l’individu est complètement responsable de ses propres choix et de ses expériences, même si ces choix et ce point de vue ne sont pas informés. C’est dans cette optique que nous souhaitons étudier le concept de responsabilité, tant dans le général que dans le particulier. En général, dans quelle mesure l’entité orientée positivement est-elle responsable d’une participation indirecte à des actes qui ont pour résultat des peines et souffrances pour autrui? Il y a de nombreuses façons spécifiques d’approcher le principe qui est à la base de la responsabilité, y compris le fait d’acheter de l’essence, d’utiliser des produits nuisibles à l’environnement, de soutenir ou de ne pas résister à des gouvernements qui mobilisent l’énergie de leur peuple à des fins condamnables, etc.

Nous voudrions sélectionner un exemple particulier de ce principe pour notre propos. Il est accepté par de nombreux chercheurs en spiritualité qu’excepté dans des cas de mise à mort d’humains, nos amis de deuxième densité sont régulièrement maltraités et tourmentés au cours du processus de conversion de leurs corps physiques en produits d’alimentation dont nous nous nourrissons. Alors spécifiquement, dans quelle mesure est-ce qu’une entité orientée positivement est responsable de la souffrance de créatures de deuxième densité quand elle achète et consomme de la viande de ces animaux? »

(Retransmission par Carla)

Nous sommes ceux du Principe de Q’uo. Salutations dans l’amour et dans la lumière du Créateur infini unique, au service duquel nous venons à vous ce soir. C’est un plaisir et un honneur d’être invités par ce groupe à faire partie de ce cercle de recherche. Nous sommes ravis de parler avec vous de la responsabilité.

Mais d’abord, comme toujours, nous voudrions demander une faveur à chacun de ceux qui écoutent ou lisent ces mots. S’il vous plaît, faites usage de votre pouvoir de discrimination et de discernement lorsque vous écoutez nos pensées. Quand une pensée résonne pour vous, alors, n’hésitez pas à travailler avec elle. Si elle ne résonne pas mais ne suscite chez vous ni réaction ni intérêt, alors laissez-la partir. Si vous suivez cette demande nous pourrons nous permettre de parler librement, sans devoir nous préoccuper d’enfreindre votre libre arbitre en aucune manière, ni d’interrompre le processus de votre évolution spirituelle. Nous vous remercions de cette faveur.

Nous sommes d’accord avec le questionneur quand il dit que la philosophie de la Confédération de la Loi Une place davantage de responsabilité sur le chercheur individuel que ne le font la plupart des religions de votre monde. La plupart des religions de votre monde supposent un chef spirituel ou gourou dont vous suivez la ressemblance, l’essence, ou l’énergie, de sorte que vous êtes disons, pendus aux basques de cette entité pour pouvoir arriver à votre cœur ouvert.

La plupart des religions du monde suggèrent que vous suiviez ou croyiez en ce guide spirituel, qu’il s’agisse de Jésus, de Yahvé ou d’Allah. En fait, ils sont nombreux les chefs spirituels susceptibles d’être l’entité qui vous ouvre le cœur.

La Loi Une suggère non pas que vous suiviez le Créateur ou son prophète ou son représentant, mais que vous preniez conscience que vous êtes le Créateur. C’est pourquoi, elle suggère que vous preniez la responsabilité de votre vie, de vos choix et de la manière dont vous vivez, jour après jour, heure après heure. Ce n’est pas une philosophie qui implique une urgence dans cette quête de la vérité. C’est une philosophie qui dit que vous avez tout le temps nécessaire pour faire vos choix et pour suivre votre voie d’évolution pour achever le cercle que vous avez entamé, à partir du Créateur, en passant par des densités et des densités d’expérience, jusqu’au retour dans le cœur du Créateur unique, de sorte que votre source et votre fin sont les mêmes et que vous ne finissez jamais.

Vous êtes un citoyen de l’éternité. Vous êtes un infini courant d’âme. Ce que vous n’apprenez pas au cours de cette vie-ci, vous le reprendrez une nouvelle fois, et vous étudierez une nouvelle fois ce que vous n’avez pas achevé, et si nécessaire une fois encore, jusqu’à ce que dans la complétude du temps vous passiez par les densités du choix, de l’amour, de la lumière, et de l’unité, et finalement par la densité de l’éternité, qui est un mystère même pour nous.

Et dans chaque densité, chaque expérience, chaque jour, et chaque heure, vous êtes responsable de vous-même, de vos choix, de vos intentions, et de vos désirs.

Il est attendu de vous et inscrit dans la nature appelée ‘nature humaine’ que vous désiriez des choses. Et il vous est donné non pas simplement la permission, mais un encouragement à faire l’expérience des choses que vous désirez, pour autant qu’elles ne transgressent pas le libre arbitre d’autrui. Car c’est en faisant l’expérience des choses que vous désirez que vous prenez conscience de ce que vous désirez véritablement, de ce que vous désirez à un niveau plus profond que le niveau de l’impulsion, de l’engouement, et de la mode.

La grande difficulté, en suivant vos désirs, est d’arriver à vous connaître vous-mêmes d’une manière telle que vous soyez capables d’ouvrir à vous-mêmes des niveaux plus profonds du ‘soi’, des niveaux qui sont cachés à la société, à votre culture, à votre formation, à tout ce que vous avez appris sur la manière dont se meut le monde, en vous libérant graduellement des chaînes des comportements appris, afin que vous puissiez rencontrer à l’intérieur de vous un niveau de conscience plus profond.

Car vous n’êtes pas seulement ce qui se trouve à la surface de votre personnalité. Vous êtes aussi ce qui est en commun avec le Créateur infini unique. Vous faites partie du Créateur. Et en tant que créature de troisième densité, de la densité du Choix, vous avez en vous cette conscience qui est la conscience du Créateur, le Logos, la pensée originelle d’amour inconditionnel. Vous êtes amour. Vous êtes capable d’offrir de l’amour au travers de vous-mêmes; non pas votre amour mais l’amour du Créateur unique qui coule à travers vous en un courant qui n’a pas de fin.

Et puisque vous êtes un Créateur, bien qu’un créateur très jeune et très inexpérimenté, vous avez le pouvoir de créer votre propre univers.

Vous avez donc reçu un véhicule physique. C’est un véhicule physique qui a des paramètres de fonctionnement. Pour que fonctionne chaque corps, des paramètres uniques, et ce qu’un nutritionniste appellerait ‘des valeurs nutritionnelles’ doivent être respectés. Votre corps a besoin de diverses substances chimiques pour pouvoir fonctionner. Il y a diverses enzymes, protéines, graisses, hydrates de carbone: ce que vous apporte votre nourriture.

Vous avez questionné spécifiquement sur la responsabilité que vous avez de ce que vous mangez. Pour ceux qui n’ont pas encore conçu l’idée d’une possibilité de choix dans ce domaine, la responsabilité est minimale. On ne peut pas faire des choix si l’on ignore qu’il existe des choix. Dès lors, la question que vous avez posée concerne ceux qui se sont éveillés au fait que tout est un. Vous faites un avec les nuages et la pluie, le feu qui chauffe l’âtre, l’eau dans votre corps et dans tous les corps aqueux de la planète.

Vous faites un avec les oiseaux, les animaux, les fleurs, les plantes, les rochers, autrui, et le Créateur.

Il n’y a qu’une seule chose dans l’univers, et c’est l’amour.

En fait, en ce moment vous cherchez à réduire le niveau de distorsion dans votre mode de pensée afin que vous puissiez être de plus en plus conscients de la conscience qui se trouve plus proche de vous que votre souffle, plus proche que vos mains et vos pieds: la conscience de l’amour inconditionnel, qui est votre nature véritable.

Maintenant, comment est-ce qu’une entité dont la conscience est celle de l’amour pur nourrit son corps? Nous remarquons que vous choisissez de vous focaliser sur la viande et sur l’ingestion de cette viande. Et avant que nous traitions de cette question nous voudrions faire remarquer qu’il n’y a pas que les animaux mais aussi les plantes qui croissent dans la Création du Père, fleurissant et mourant au rythme qui est le leur. D’une manière très réelle, l’offense est aussi grande pourrions-nous dire, si vous cueillez un haricot, extrayez une pomme de terre du sol, ou abattez un animal, car vous avez interrompu le cycle de sa vie et sa danse avec le Créateur au moment où vous le faites. Mais se focaliser là-dessus c’est nous écarter de votre question. Nous allons donc nous focaliser sur l’abattage d’animaux et la responsabilité de l’entité qui choisit de manger de la viande.

Un choix valable qu’ont fait bon nombre de ceux qui se sont éveillés est de ne pas manger de viande et de trouver des moyens de fournir au corps des protéines que l’on trouve dans la viande en mangeant d’autres substances, comme des légumineuses, qui contiennent des protéines.

Un autre choix fait par une entité éveillée est, comme l’a dit le questionneur, de n’acheter que des viandes d’animaux abattus avec humanité. Il y a deux sources de telles viandes qui sont généralement disponibles à une distance raisonnable de l’endroit où vivent ces entités. Il faut chercher un magasin kasher [1] qui vend de la viande, en sachant que les prêtres de cette religion ont bien traité les animaux et les ont abattus selon un rituel sacré qui est pris très au sérieux par ces prêtres.

L’autre solution est de trouver une source biodynamique où le même sentiment du sacré entoure l’appréciation des mammifères pendant leur vie et leur abattage avec humanité quand le temps est venu pour eux de nourrir leurs humains.

Et ainsi que l’a dit celui du nom de J, à part ces choix-là, il y a toujours le choix métaphysiquement correct de se relier à l’animal dans cette condition intemporelle appelée ‘temps métaphysique’, dans lequel toutes les choses se produisent simultanément, de sorte que vous êtes à même d’entrer en contact avec n’importe quel animal avant que vous le mangiez, indépendamment de la manière dont il a été maltraité ou abattu. Et lorsque vous entrez en contact avec cet animal, vous exprimez votre amour pour cet animal, et votre appréciation de toutes les circonstances traversées par l’animal pour vous donner son énergie, sa conscience telle qu’elle est, et de son amour qui est très réel. Alors, en louant, en priant et en exprimant votre gratitude vous guérissez la division entre vous et la viande et l’animal dont provient cette viande.

Et quand vous faites cela pour votre viande: danser avec la viande, devenir un avec la viande, vous élevez en fait cette énergie vers le Créateur infini, en la bénissant et en la guérissant de tout ce qui s’est passé antérieurement, pour l’animal et pour vous.

En fait, nous voudrions faire remarquer que ce n’est pas seulement l’ingestion de viande, mais chaque action entreprise par vous, aussi humble ou insignifiante soit-elle, qui a la capacité et la potentialité de devenir sacrée, de sorte qu’en tous temps vous pouvez adresser vos remerciements, adresser vos louanges, et vous ouvrir aux expériences dans lesquelles il vous a été donné d’entrer.

Celle du nom de L a dit, pendant sa partie de conversation autour du cercle avant cette méditation, que parfois elle se demandait si elle serait capable de soutenir le niveau de conscience qu’elle a de temps en temps trouvé facile à soutenir pendant de courtes périodes. Nous trouvons que ceci est une pensée très appropriée, car chaque entité se trouve varier de jour en jour, d’heure en heure, ou d’année en année. Les entités ne restent pas les mêmes. Elles ne peuvent pas rester inchangées. L’évolution fait partie de vous. Elle est inévitable. Il y a en vous une énergie qui doit évoluer.

Et cette densité que vous nommez la planète Terre, la troisième densité, le troisième degré, dirons-nous, dans cette école des âmes, est une densité dans laquelle vous pouvez essayer de vous éterniser, mais vous n’y arriverez pas. Car vous apprendrez, ne serait-ce que très lentement, et quelle que soit la résistance que vous rencontrerez. Vos choix sont impliqués, que vous vouliez ou non accélérer le rythme de votre évolution en mental, en corps et en esprit, et vous êtes tout à fait capables de ce travail.

Peu importe le nombre de fois que vous vous décevrez vous-même; vous devez vous souvenir que vous êtes votre propre critique le plus féroce et que ceux qui vous entourent peuvent trouver que votre effort que vous voyez faible est pour eux héroïque. Il vous faut du courage pour être responsable de vos pensées, de vos paroles et de vos actes. Il faut une réelle endurance pour soutenir jour après jour ce niveau de prise de conscience qui voit votre environnement comme un environnement spirituel, bien plus que physique ou émotionnel ou mental.

Et nous saisissons le fait que l’illusion de la vallée de l’ombre de la mort, ainsi que cet instrument nomme souvent la vie physique, utilise toutes les astuces et caprices possibles pour vous distraire et vous mettre au défi. Ce sont une distraction et une énergie bienveillantes qui fonctionnent de cette manière, car c’est en troisième densité seulement que vous ne vous souvenez pas de qui vous êtes, que vous ne faites pas l’expérience de la danse avec tout l’univers, et que vous ne savez pas dès le départ que toutes les choses sont une.

C’est seulement en troisième densité que vous semblez être enfermé dans votre statut de monade, d’unité. Quand on se voit comme une unité qui se meut seule, qui se trouve dans la foule mais ne fait pas partie de celle-ci, ricochant sur d’autres entités mais ne vous joignant pas à elles ni même vous harmonisant avec elles, le monde perd sa signification, ainsi que les existentialistes l’ont souligné de si belle manière dans de si nombreuses œuvres d’art [2].

Et si vous supposez que le monde a du sens et que vous êtes digne d’être une partie de la Création, d’être une partie de l’amour lui-même, alors tout a du sens. Tout remplit votre cœur et vous donne à penser, et est catalyseur de votre croissance.

Dès lors, mes amis, la question devient: comment soutenir une conscience capable d’approcher chaque repas avec la conscience que peut-être l’asperge a crié quand elle a été séparée de sa mère. Peut-être que le haricot a pleuré quand il a été cueilli de son échalas. Peut-être le bouvillon ne souhaitait-il pas quitter son pâturage, aussi misérable ait-il été. Alors abordez chaque repas en remerciant la substance qui vous alimente, dont vous avez besoin, que vous devez avoir pour pouvoir vivre cette vie physique, de telle manière qu’elle et vous fassiez partie d’un rituel dont la nature est sacrée, et qui vous bénit vous et la substance que vous mangez.

Mes amis, la réponse est simple et pourtant très difficile pour ceux qui vivent dans la densité du Choix. Vous devez devenir amis avec le silence. Vous avez entendu parler de la petite voix tranquille du Créateur. Elle est tranquille. Nous ne pouvons pas dire qu’elle est petite.

Il y a bien des manières d’être silencieux devant le Créateur. L’un des moyens les plus communs auxquels vous pensez comme étant les plus complets pour être silencieux devant le Un infini est d’aller à l’église, ou à la synagogue, ou à l’ashram, pour prier et méditer silencieusement. Ce sont des moyens puissants et efficaces de répondre au silence et de communier avec le Créateur infini Unique, mais il existe d’autres moyens d’invoquer le Créateur en silence.

Il est certain que celui du nom de G pourrait parler très bien de communion avec la nature dans la nature, là où il n’y a ni feux de signalisation ni coups de klaxon, ni personnes à écarter de son chemin sans réaliser que ces personnes ont frôlé le Créateur.

Vous pouvez trouver le silence en vous-même, dans le lieu le plus bruyant, quand vous savez comment y arriver. C’est une question de pratique, mes amis. C’est une question de prendre de nouvelles habitudes, ainsi que l’a noté celle connue comme L. Ce n’est pas toujours facile de perdre d’anciennes habitudes ou de créer une nouvelle habitude véritablement satisfaisante, mais l’effort d’acquérir l’habitude du silence intérieur en vaut la peine.

Lorsque vous avez en vous le silence, peu importe que vous soyez dans un environnement bruyant ou que le mental des gens qui vous entoure soit chaotique Peu importe combien sensible vous êtes aux autres; lorsque vous vous trouvez vous-même et que vous êtes à même de vivre dans votre cœur ouvert, vous avez le baume de Galaad qui est aussi proche de vous que votre prochaine pensée, et qui vous attend.

Il existe même des moyens de communier avec le Un infini qui ne paraissent pas être silencieux. Par exemple, cet instrument chante souvent des hymnes qui la mettent dans un certain état d’esprit et qui la placent dans la vénération et la dévotion. Cela offre le même bénéfice que le silence. Ici aussi c’est une question de répétition de la pratique. Ce qui fonctionne pour vous, nous vous encourageons à le répéter. Répétez-le encore et toujours, et traversez les risques et changements de la vie quotidienne, les moments heureux et les moments difficiles, jusqu’à ce que cette habitude fasse tellement partie de votre expérience que quand vous la manquez vous avez faim et soif d’elle, et que vous devez aller la chercher sans délai.

Réalisez aussi que chacun de vous a une personnalité différente. Certains d’entre vous se relieront aux responsabilités que vous avez en tant que créature capable de faire ses propres choix du point de vue de la beauté, d’autres du point de vue de la vérité, d’autres du point de vue d’une vie dans la foi. Ce sont là des voies alternatives mais également puissantes qui permettent de chercher la vérité.

Et quelle que soit votre personnalité, nous vous encourageons à croire en vous, à savoir que vous êtes aimé au-delà du compréhensible par le Créateur infini, et à savoir que vous êtes capable d’offrir à travers vous et dans le monde, avec votre bénédiction, cette même énergie créative, non pas pour votre propre ‘soi’, non pas depuis cette personnalité apparemment limitée où vous allez bientôt manquer d’amour et être simplement épuisé, mais en permettant à l’énergie du Créateur unique de passer à travers vous et de sortir par vos yeux, par votre bouche, par vos mains, afin que vous voyiez avec les yeux de l’amour, que vous parliez avec la voix de l’amour, et que conteniez avec les mains de l’amour quand elles bougent.

Qu’allez-vous choisir? Le Service De Soi, ou le Service D’Autrui? Qu’allez-vous désirer? Comment allez-vous établir votre intention aujourd’hui? Car vous avez la capacité d’établir votre intention chaque jour. Voilà des questions sur lesquelles vous pouvez vous pencher.

Et lorsque vous aborderez votre prochain repas, permettez-vous d’imaginer ce que vous pourriez réellement faire pour régler avec vous cette prise de conscience croissante que vous avez du sens sacré de toute vie. Il y a des options. Il y a des choix viables que vous pouvez faire en réponse à vos sentiments de responsabilité. Si cela vous fait du bien de poursuivre avec ces pensées, n’hésitez pas à le faire, et ainsi elles aussi deviendront pour vous un véhicule pour faire avancer votre prise de conscience de qui vous êtes, de Qui vous êtes, et Qui vous servez.

Pouvons-nous vous remercier et vous demander s’il y a un suivi à cette question?

G: Merci, Q’uo, de nous avoir offert vos pensées, et merci à cet instrument de servir de canal à vos pensées. J’ai écouté aussi attentivement et d’aussi près que possible ce que vous aviez à dire, et j’ai trouvé bien peu qui répondait à la question de la responsabilité. Vous avez suggéré à titre de possibilité que l’on offre louange et gratitude pour la nourriture et vous y avez même encouragé. Et vous avez aussi mentionné comme viables d’autres alternatives à l’entité qui prend de plus en plus conscience des souffrances des animaux, mais je n’ai rien entendu qui disait si nous sommes ou non vraiment responsables des souffrances d’autres entités en participant à un système qui perpétue leurs souffrances. J’apprécierais toute réflexion que vous pourriez proposer à ce sujet.

Nous sommes ceux de Q’uo et nous vous remercions pour cette question, mon frère. Nous avions inféré la réponse à votre question, mais apparemment il vaut beaucoup mieux que nous soyons plus spécifiques, et nous pouvons le faire sans enfreindre votre libre arbitre. Nous commençons donc.

Êtes-vous responsables des feux d’artifice qui sont tirés près de cette demeure [3]? Êtes-vous le gardien de votre frère? En vérité, les autres entités et leurs actes ne sont pas dans les limites de vos choix. Vos choix sont ceux que vous avez la capacité de faire. Vous ne pouvez pas être responsable de la folie d’autrui, sauf dans la mesure où vous est donnée la lumière de ressentir que vous souhaitez entreprendre une croisade pour changer les opinions d’autrui, pour changer une ligne politique, et ainsi de suite.

En ce qui concerne la spiritualité, vos choix sont tous en vous-mêmes. Et en vous-mêmes vous avez le pouvoir de faire ce que vous ressentez comme juste. Nous ne sommes pas entrés dans la question de la responsabilité pour les actes de votre frère. Et nous dirions, mes amis, que les actes de vos frères et de vos sœurs acceptent, pour la plupart, des décisions telles que la guerre et l’abattage qui sont prises par ceux du principe biologique mâle sur votre planète.

En conséquence, il y a en commun entre la guerre et l’abattage d’animaux la capacité de bloquer ce qui est gênant, afin d’assurer et utiliser des ressources qui sont considérées comme nécessaires à la tribu. Ceci est une question entièrement différente, et nous aurions besoin d’un certain temps pour y répondre de manière aussi détaillée que nous l’avons fait pour la question de base qui demandait si vous étiez responsables pour la viande que vous mangez en ce sens que si vous mangez de la viande qui a été abattue par quelqu’un d’autre vous êtes d’accord ou vous inférez l’acceptation de quelque chose que vous n’acceptez pas en fait. Nous avons tenté d’expliquer que vous avez la capacité, à plusieurs niveaux, d’effacer et guérir ces erreurs perçues par la manière dont vous choisissez de traiter ce qui se trouve devant vous, que ce soit de la viande, de la guerre, ou n’importe quoi d’autre qui vous saute soudainement au visage.

La nourriture est un exemple commode et excellent de ce dont vous êtes responsables, spirituellement parlant, parce que vous mangez plusieurs fois par jour. Il est beaucoup plus facile de parler de la manière dont vous choisissez de guérir l’animal imparfaitement abattu ou sacrifié, ou le fruit de la vigne ou le grain, ou la terre, que de parler des autres choses que vous avez mentionnées, comme la guerre et l’utilisation de ce que la Terre offre généreusement et qui a pris à votre planète des millions d’années à rassembler et sécréter loin des précieux habitants de sa surface, c’est-à-dire le pétrole, le charbon, et d’autres choses qui sont enfouies et que votre société a tirées des profondeurs de la Terre où elles ont leur place, où elles ne font aucun mal à l’air, à l’eau ni à la terre, ni ne polluent ou altèrent votre planète.

Pouvons-nous poursuivre, mon frère? Nous sommes ceux de Q’uo.

G: J’apprécie sincèrement cette réponse plus focalisée. Vous m’avez donné de la matière à réflexion, et pour poursuivre ma question je devrais vraiment relire l’excellente matière que vous avez offerte, et donc cela me concerne personnellement. Merci, Q’uo.

Pouvons-nous vous remercier de tout notre cœur, mon frère? C’est une joie de travailler avec votre énergie et avec le raffinement de vos questions. Pouvons-nous demander s’il y a à présent une autre question dans ce groupe? Nous sommes ceux de Q’uo.

G: Q’uo, comme il semble qu’il n’y ait pas de question dans ce cercle, j’ai des questions de lecteurs à l’étranger. La première est posée par A, de Seattle, qui écrit: « sans enfreindre le libre arbitre de personne, pourriez-vous nous donner des informations sur …

(Fin de la face 1 de la cassette)

G: … la cause, la raison et le traitement de la maladie d’Alzheimer, tant pour les individus chez qui elle est diagnostiquée que chez les soignants? Quelle est la meilleure manière d’envisager cette affliction et d’aborder le mieux possible le diagnostic reçu, ainsi que les meilleurs moyens de s’occuper de ceux qui en sont atteints? Quels sont les principes spirituels impliqués dans cette maladie, et quelles sont les meilleures façons de préparer les individus à l’affronter?

Nous sommes ceux de Q’uo, et nous remercions celle du nom de A pour cette question. Ma sœur, le principe spirituel impliqué ici est le principe qui dit que ce qui se produit est parfait et a été planifié de longue date. En ce qui concerne la maladie dite d’Alzheimer, celle-ci se produit quand une entité a appris tout ce qu’elle pouvait apprendre, a enduré tout ce qu’elle pouvait endurer, quand elle est au niveau auquel rien de plus ne peut être fait dans l’incarnation, et que la guérison devra se faire au niveau métaphysique après que l’entité sera passée dans une vie plus ample.

Dans cette condition-là, ce qui a été perdu est rétabli. La personnalité de surface retourne au courant d’âme avec sa souffrance et sa peine, et il y a amplement assez d’énergie disponible pour soigner l’incarnation. Il est très utile de soigner l’incarnation pendant cette incarnation, de manière à ce que l’on s’approche de son lit de mort en étant prêt à chanter ‘alléluia, alléluia, alléluia!’ comme l’a fait celui connu comme Yeats, mais ce n’est pas nécessaire. Car ce qui n’est pas guéri pendant le temps de vie sera guéri après la vie et avant que soit choisie l’expérience suivante. Ainsi, quand une entité est épuisée et n’est pas parvenue à guérir sa propre incarnation, il y a la bénédiction de l’oubli.

Il est vrai que parfois, malheureusement, ce brouillard qui descend n’efface pas tout ce qui est malheureux, mais la raison fondamentale de ce relâchement graduel de la mémoire est que l’entité concernée n’est plus à même de traiter effectivement les catalyseurs. L’utilité de cela pour le soignant peut être vue sous l’angle du principe spirituel fondamental d’être au service d’autrui plutôt qu’au service de soi.

Nombreuses sont les entités qui choisissent de placer des parents ou membres de leur famille, ceux dont elles sont devenues responsables, dans des unités de soins et de permettre à quelqu’un d’autre de changer les langes, de s’occuper du mental qui erre, et ainsi de suite. Mais pour ceux qui choisissent de rester présents et attentifs à un besoin au sein de leur famille, c’est une grande bénédiction de pouvoir partager l’amour pour cette entité qui a partagé tant d’amour avec vous, aussi imparfaitement qu’ait été partagé cet amour. L’intention est presque toujours là chez le parent, d’aimer et de se préoccuper du jeune, et dans la complétude du temps ce schéma est répété et équilibré quand le jeune s’occupe du parent affaibli.

Les familles sont une source merveilleuse d’occasions de Service D’Autrui. Certes, il arrive que soigner quelqu’un dont le mental est affaibli paraît trop lourd à supporter. Et nous encourageons celle du nom de A et tous ceux qui sont dans ces circonstances de rendre honneur au ‘soi’ dans ces moments-là et de relâcher la responsabilité de manière à ce que le ‘soi’ puisse être soigné afin de guérir, être rétabli afin de rétablir, et être consolé afin de consoler. Et si celui qui rétablit, guérit, et aime le ‘soi’ est le ‘soi’, qu’il en soit ainsi. Car vous avez la capacité de vous guérir, aimer et rétablir vous-mêmes. Vous êtes le Créateur et vous pouvez choisir la façon de votre création.

Nous encourageons l’énergie de pardon dans cette situation, à autrui et à soi-même, et nous remercions encore celle connue comme A pour cette question.

Pouvons-nous demander s’il y a une dernière question à présent? Nous sommes ceux de Q’uo.

G: Q’uo, je vais soumettre une dernière question qui est de S, l’administrateur du site web Bring4th, en Virginie, qui écrit: « Q’uo, notre communauté en ligne discute des diverses manières dont nos véhicules humains deviennent plus sensibles aux vibrations. Bon nombre d’entre nous font l’expérience d’un tintement continu dans les oreilles, de multiples sons dans différentes localisations spatiales autour ou à l’intérieur de la tête, et d’autres effets inhabituels sur le corps. Pouvez-vous s’il vous plaît partager avec nous les principes spirituels qui sont à l’origine de ces occurrences, sans enfreindre notre libre arbitre? Quelles graines pouvez-vous semer pour nous aider à mieux considérer, comprendre, et réagir à des expériences corporelles uniques?

Nous sommes ceux de Q’uo, et nous avons pris connaissance de votre question, mon frère. Nous saluons celui du nom de S et nous allons tenter de répondre à sa question.

Il y a toujours eu, depuis le début de la troisième densité, des tensions caractéristiques qui peuvent se produire et créer des sons internes, que ce soit dans les oreilles, dans le visage, dans la tête, ou immédiatement autour du véhicule physique. Certaines sortes caractéristiques de tension peuvent être vues comme excellentes et positives, comme les visions, les rêves, les intuitions, et les révélations. D’autres sources de tension caractéristiques peuvent être vues comme négatives ou difficiles, ou même comme des défis, comme par exemple la nervosité, la crainte, la peur, la colère, la frustration. Ce qu’elles ont toutes en commun c’est une résistance caractéristique à ce qui est en train de se produire.

Il est vrai qu’aux environs du siècle dernier de vos années, disons, il y a eu un manque croissant de lumière de troisième densité puisque cette troisième densité approche de sa fin, et qu’il y a une interpénétration croissante de lumière de quatrième densité qui a une bien plus grande capacité à transporter informations et inspiration. Maintenant, le problème qui se pose avec l’affaiblissement de la lumière de troisième densité et la montée et l’apparition de la lumière de quatrième densité est que la lumière qui en résulte et dont il est fait l’expérience, porte davantage de vérité. Et ce qui pouvait être ignoré à l’intérieur du ‘soi’ il y a un siècle, ne peut plus être ignoré. Car vous êtes bien plus près de voir les choses telles qu’elles sont réellement, comme faisant partie de l’expérience d’être conscient.

Les actes des autres gens vous affectent davantage parce que l’effet miroir est plus prononcé à mesure que le temps passe et que s’affaiblit la lumière de troisième densité.

Toutes les choses que vous n’avez pas intégrées dans votre personnalité ‘de jour’ et que vous avez laissées dans l’ombre, invisibles, non reconnues, et non expiées, se montrent à vous dans les actes et les paroles d’autres gens, et elles vous heurtent parce que vous n’avez pas travaillé sur vous-même pour amener ce ‘soi’ obscur dans votre cœur pour le racheter par votre amour, votre respect, et votre compréhension.

Ce que nous recommandons généralement aux entités c’est que, quand quelque chose les dérange dans leur environnement, elles prennent cela dans leur cœur et trouvent cette énergie-là en eux-mêmes. Et ensuite ils la soignent à l’intérieur d’eux-mêmes. Ils en arrivent à la comprendre, à la vivre sans la juger, et à lui demander d’œuvrer pour la lumière qui est en eux.

De cette manière, la colère devient de l’obstination: la capacité à adhérer à un plan, la capacité à continuer à aimer, et ainsi de suite. C’est le travail de toute une vie que d’intérioriser, bénir, et racheter le côté obscur du ‘soi’ qui apparaît dans les ombres de votre planète, ses habitants, et le comportement au niveau personnel et au niveau des états-nations, et à tous les niveaux intermédiaires. Mais c’est un travail que vous allez trouver très gratifiant parce que, à mesure que vous réduisez les distorsions à l’intérieur de vous, à mesure que vous devenez plus équilibrés et capables de voir l’amour, l’espérance, la foi, et la consolation, vous êtes mieux à même d’offrir à ceux dont vous rencontrez le regard, une conscience d’eux qui est d’amour, de consolation, et de pardon.

Nous remarquons que l’énergie de cet instrument commence à faiblir et que ce groupe devient fatigué de rester assis, alors nous allons maintenant, avec quelque regret, nous l’admettons, prendre congé de ce groupe dont nous avons tellement apprécié la compagnie et dont nous avons tellement admiré la beauté. Vraiment, l’énergie que vous avez accumulée ensemble crée un dôme de lumière très haut au-dessus de cette demeure. Nous vous remercions d’avoir pris du temps de votre vie si occupée pour chercher ensemble la vérité ce soir.

Nous vous remercions encore de nous avoir invités dans votre groupe et nous vous quittons comme nous vous avons trouvés: dans tout ce qui est, dans l’amour et la lumière du Créateur infini unique. Nous sommes connus de vous comme étant le Principe de Q’uo. Adonaï, mes amis. Adonaï.

 

[1] Lors d’un abattage kasher, le rabbin, nommé aussi shochet, tue l’animal d’un seul coup de couteau en travers de la gorge, tellement rapidement, que l’animal de souffre pas prétend-on. Les défenseurs des animaux mettent en doute cette allégation.

[2] Selon Wikipédia, l’existentialisme est un courant philosophique et littéraire des XIXe et XXe siècles, qui postule que l’être humain forme l’essence de sa vie par ses propres actions, en opposition à la thèse que ces dernières lui sont prédéterminées par quelconques doctrines théologiques, philosophiques ou morales. L’existentialisme considère donc chaque personne comme un être unique qui est maître non seulement de ses actes et de son destin, mais également - pour le meilleur comme pour le pire - des valeurs qu’il décide d’adopter. Pendant la séance de channeling, l’instrument a certainement eu conscience de livres comme La nausée de Jean-Paul Sartre, ou En attendant Godot de Samuel Beckett. Bien qu’il existe un certain nombre de tendances communes entre les penseurs «existentialistes», il y a de grandes différences et des désaccords majeurs entre eux (il y a notamment un fossé entre les existentialistes athées, comme Sartre et les existentialistes théistes comme Tillich ou Gabriel Marcel). Certains tels que Camus ou Heidegger ont même refusé d’être «étiquetés» comme existentialistes, Sartre également mais en créant sa propre définition et conception de l’existentialisme.

[3] Une fête chez des voisins provoquait du chahut près de chez nous

  Skip Navigation LinksL/L Research Library Transcripts - Table of Contents 2010 16 octobre 2010

Copyright © 2017 L/L Research