Skip Navigation Links
L/L Research
Home
Library
Are you a wanderer?
About Us
Carla’s Niche
Podcast
Online Course
Search
E-mail L/L
Copyright Policy
Recent Updates

Now on Bring4th.org

Bring4th.org

Forums

Online Store

Seeker Connector

Gaia Meditation

Subscriptions

Links

Donate/Volunteer

Join Us

Facebook

Twitter

Tumblr

Instagram


Lectorium

Transcriptions L/L Research

A PROPOS DU CONTENU DE LA TRANSCRIPTION QUI SUIT: Cette transmission reçue en télépathie est extraite des transcriptions de réunions hebdomadaires d’étude et de méditation tenues à Rock Creek Research & Development Laboratories et L/L Research. Elle vous est offerte dans l’espoir qu’elle vous sera utile. A l’instar des entités de la Confédération qui insistent toujours sur ce point, nous vous invitons à faire appel à votre discernement et à votre jugement pour évaluer son contenu. Si vous percevez de la vérité, tant mieux. Si vous ne vous sentez pas sur la même longueur d’onde, laissez de côté; car ni nous, ni ceux de la Confédération ne souhaitent mettre des obstacles en travers de votre chemin.

CAVEAT: La présente transcription a été vérifiée mais peut encore demander des corrections. Si vous constatez des erreurs, n’hésitez pas à nous en faire part, nous nous ferons un plaisir de les corriger. (Traduction française: Micheline Deschreider)

Méditation du samedi

27 novembre 2010

Y: Cette question concerne les catalyseurs. Nous savons par Ra qu’un catalyseur non utilisé mentalement et émotionnellement se manifeste dans le corps physique comme une maladie. Je vis un schéma répété de mauvais alignement pelvien et de douleurs dans le bas du dos. Je vois que la cause en est ma difficulté à exprimer ma vraie nature qui est amour, compassion et appréciation d’autrui. J’ai souvent des pensées et des intentions d’expression d’amour et d’appréciation, mais je ne trouve pas confortable de le dire ou le montrer. Cela produit un conflit intérieur: de l’énergie positive veut être exprimée mais ne le peut pas. La zone pelvienne et du bas du dos se trouve dans la zone d’influence du deuxième chakra. Dans le corps émotionnel il s’agit de la relation entre soi et autrui.

Voilà ma ligne de pensée. Seriez-vous à même de confirmer cette ligne de pensée, ou bien suis-je à côté ici? Si vous êtes d’accord avec mon interprétation voudriez-vous commenter tout principe spirituel impliqué dans cette difficulté à exprimer extérieurement de l’énergie positive, aimante, le véritable ‘soi’?

(Retransmission par Carla)

Nous sommes ceux du principe qui est connu de vous comme étant celui de Q’uo. Nous vous saluons dans l’amour et dans la lumière du Créateur infini unique, au service duquel nous venons vers vous ce soir. Merci de nous appeler à votre groupe de méditation. C’est un honneur d’être ainsi invités, et nous sommes enchantés de parler avec vous des catalyseurs et maladies du corps physique.

Toutefois, comme toujours, nous commencerons par préfacer nos remarques en demandant à chacun de vous qui écoute ou lit ces mots de faire appel à son sens de la discrimination et à son pouvoir de discernement pour prendre de ce que nous disons les choses qui vous paraissent bonnes à travailler, et laisser le reste de côté. Il nous est impossible de tomber juste pour chacun de vous et avec chacun de nos mots, de sorte que nous demandons que vous choisissiez parmi eux ceux qui résonnent en vous. Si vous voulez bien faire cela nous nous sentirons bien plus à l’aise pour partager nos pensées, sans devoir nous soucier d’une possible transgression de votre libre arbitre ou d’une possible perturbation du rythme de votre promenade spirituelle. Nous vous remercions pour cette considération.

Chacun de vous possède un corps physique et un corps connecté à chaque chakra. Cela vous donne un ensemble sensible et complexe de véhicules qui expriment divers niveaux de votre énergie. En outre, vous avez accès à la guidance et à l’aide de votre ‘soi’ supérieur, des anges et guides intérieurs qui ont été attirés vers vous à cause de votre essence spirituelle, et de l’esprit dans son ensemble. C’est-à-dire que l’univers tout entier vibre en sympathie avec vous. Et selon ce que vous choisissez pour dépenser votre énergie, la Création elle-même réagit à cette dépense d’énergie par une réponse qui est en harmonie et en congruence avec votre énergie.

En conséquence, la première chose que nous dirions peut-être c’est que lorsque vous regardez l’interaction intérieure entre vos pensées et sentiments, et une maladie physique qui se manifeste, il ne s’agit pas d’un simple modèle tel que vous en offrent les psychologues: psyché et soma, mental et corps, ou émotions et corps. C’est en fait un système complexe de corps qui expriment les niveaux de votre essence depuis le sommet de votre personnalité (impulsivité, spontanéité, moment) en traversant tous les niveaux de votre dépense d’énergie, jusqu’au fond des racines de votre conscience et, au-delà de cela, jusqu’à l’énergie de votre courant d’âme global.

C’est pourquoi il est improbable sinon impossible qu’un concept simpliste puisse constituer une réponse fiable concernant la connexion entre mental et corps ou émotions et corps. Nous ne vous décourageons pas de faire l’hypothèse, par exemple, que puisque la partie du corps qui est affectée se trouve dans la zone du chakra de rayon orange, il y a là quelque chose qui a à voir avec les relations à l’intérieur du mental, et les émotions qui affectent le corps. Ce que nous souhaitons faire c’est vous encourager à prendre de la hauteur par rapport à des connexions littérales et d’entreprendre de penser à cette relation entre émotions et mental et corps physique comme à la sorte d’attitude adoptée par un conteur d’histoires.

Lorsqu’un conteur raconte une histoire, il y a une partie, peut-être bien l’épine dorsale de cette histoire, qui est littéralement telle. Mais il y a d’autres éléments de l’histoire qui font d’elle un grand récit ou fil, comme on dit, un récit qui a été enjolivé pour en souligner certains aspects. Il est utile de vous raconter à vous-même l’histoire de la maladie dont vous paraissez faire l’expérience. Il est utile de détendre le mental, d’imaginer le ‘soi’ assis auprès d’un feu de camp et racontant cette histoire à quelqu’un d’autre de manière telle qu’il saisisse un peu du mystère qu’il y a entre les lignes du mental et du corps. Car ce qui vous est intérieur n’est pas simplement un mental. Ce n’est pas simplement quelque chose qui peut ‘computer’ comme dit cet instrument quand elle parle de ‘computers’. Ce n’est pas seulement un outil pour la pensée intelligente, le raisonnement logique et l’usage de la logique. Ce mental a aussi un fantastique accès à l’intuition et à la pénétration, à la poésie, à la mélodie de votre vie, et pas seulement à ses paroles mais aussi à son chant.

Dans de nombreux cas de maladies physiques, ce n’est pas simplement une histoire basique d’expression principale de chakras qui, dans le cas du rayon orange, est la relation du ‘soi’ avec autrui. Il y a aussi la durée de vie qui a été passée à vivre cette histoire qui est la vôtre, en éprouvant de profondes émotions, dites positives ou négatives. Il y a des larmes dans cette histoire. Il y a du rire. Il y a du déchirement. Il y a de la souffrance. Il y a tous les processus intérieurs qui font de vous un être unique qui réagit aux catalyseurs de l’incarnation moment après moment, à votre manière unique. Personne d’autre dans la Création ne réagira exactement comme vous le faites. Vos dépenses d’énergie sont vos propres choix. Et à mesure que vous mûrissez dans la vie spirituelle, ils deviennent de plus en plus distincts, car vous vous défaites du conditionnement culturel de ce que cet instrument nomme le ‘buzz’ de ‘la matrice’, qui tient ceux qui vous entourent et vous aussi, dans sa poigne.

A vrai dire, vous pouvez choisir en conscience de ne pas faire partie de la matrice. Vous pouvez éteindre votre poste de télévision. Vous pouvez arrêter de lire le journal. Cependant, parce que vous êtes un animal social et que votre vie tourne autour des relations, pendant que vous vaquez à vos activités quotidiennes, que vous faites vos courses, et que vous achetez ce qui est nécessaire à votre confort et aux nécessités de la vie, vous captez le mot à la mode et la matrice: ils sont partout. Même si vous évitez la société humaine, elle viendra à vous sous la forme de vos propres problèmes, vos propres tensions et dynamiques internes. Autrement dit, vos propres façons de dépenser l’énergie, l’énergie psychique, l’énergie intellectuelle, l’énergie émotionnelle, et l’énergie spirituelle.

Vous remarquerez que nous n’avons pas parlé d’énergie physique, bien que soit indubitablement un type d’énergie, parce que votre question concerne l’effet probable ou possible du travail intérieur sur le véhicule physique et son bien-être. Au cours d’une vie, il y a des leçons qui se répètent. Elles se répètent non pas pour vous punir, mais à cause de la façon dont vous avez façonné votre incarnation.

Avant que l’incarnation ne commence, vous-même et votre ‘soi’ supérieur avez soigneusement placé dans cette incarnation des relations, des cadeaux, et des défis dans le but de vous aider à réduire la distorsion de votre courant d’âme. Vous avez espéré discipliner votre personnalité dans cette vie en l’amenant davantage à l’équilibre avec elle-même dans les trois énergies: amour, sagesse, et pouvoir.

Pour de nombreuses entités, l’objectif est d’ouvrir le cœur. Avant l’incarnation l’évaluation a montré qu’il y avait déséquilibre en faveur de la sagesse et, par conséquent, les défis d’une incarnation particulière sont mis en place pour offrir des catalyseurs qui ont pour résultat d’ouvrir le cœur.

D’autres ont une certaine opinion d’eux-mêmes avant l’incarnation, quand il y a bien plus d’informations disponibles sur le ‘soi’ complet. Ils estiment qu’ils ont été trop dans le cœur et n’ont pas essayé d’apprendre les voies de la sagesse. Souvent, ceux qui sont des missionnés, c’est-à-dire qui viennent d’autres densités ailleurs dans la Création du Père, se retrouvent sans intérêt pour la sagesse et intéressés seulement par l’amour le plus fervent et compatissant. Mais cela c’est un équilibre quelque peu faussé, car la compassion et l’amour s’équilibrent par la sagesse, de sorte qu’il y a de la sagesse compatissante et de l’amour sage.

Il y en a aussi qui sont préoccupés de ce pouvoir qui est créé dans l’amour et dans la sagesse par la discipline de la personnalité. Lorsqu’une entité est devenue très disciplinée, le problème devient alors un juste usage du pouvoir. Et il peut être lié soit à l’amour, soit à la sagesse, soit aux deux. Il est donc difficile d’offrir un constat global concernant la manière dont fonctionnent les incarnations, parce qu’il y a ces trois éléments sur lesquels il est possible de baser les leçons incarnationnelles d’une vie.

Quelle que soit la manière dont vous avez arrangé votre vie, l’idée a été qu’elle spirale et non pas qu’elle se répète, comme beaucoup le pensent. L’image est plutôt celle d’un escalier qui monte en spirale, mais si vous regardez au travers de la cage d’escalier depuis le bas, vous pouvez voir qu’il y a dans cette cage d’escalier un point qui se répète à chaque spirale. Il est au même endroit par rapport au centre de la spirale; cependant, à chaque fois qu’une leçon se répète vous vous trouvez à un endroit différent de l’évolution de votre mental, de votre corps, et de votre esprit.

Vous travaillez donc à votre leçon incarnationnelle. Vous pouvez la voir comme une étude indépendante à l’école de la vie. Cependant, quand elle revient, vous ne pouvez pas simplement dire: « bon voilà encore la même chose! », car vous vous trouvez en un endroit différent de votre développement. Dès lors, lorsque cela se produit, il est temps de le prendre en considération comme s’il s’agissait de quelque chose de neuf.

Le bénéfice à retirer de la compréhension de vos leçons incarnationnelles c’est que quand vous voyez revenir une leçon, quand vous voyez et entendez jouer votre thème musical, vous ne devez pas tomber dans le désespoir ou le découragement. Vous pouvez dire simplement: « Ah!, voilà encore mon thème d’incarnation qui revient. Il est temps d’accorder un peu de sincère honneur, respect, et soutien à cette situation afin que je puisse ouvrir ce cadeau que je reçois, l’apprécier, et coopérer avec ».

Nous ne voulons dire en aucune manière qu’une maladie comme celle au sujet de laquelle Y a posé une question est facile à accepter. Ce que nous voulons dire c’est que même les difficultés d’une incarnation sont des cadeaux à ouvrir avec gratitude.

Voyons à présent la prémisse de cette question. Beaucoup en est exact. C’est un fait que les catalyseurs qui ne sont pas utilisés par le mental et les émotions trouvent le moyen de s’exprimer dans le corps physique. Mais cette affirmation n’est pas le tableau entier. Cette affirmation est une des vérités fondamentales qui concernent la relation entre le corps électrique ou ‘soi’ intérieur, et le corps physique ou ‘soi’ extérieur.

Une chose que nous trouvons utile de suggérer est que de nombreuses entités ont choisi divers moyens de changer leurs circonstances lorsque les paramètres établis avant l’incarnation ne sont pas respectés. Disons que la leçon incarnationnelle désirée requiert une certaine quantité de travail intérieur d’une certaine sorte. Chez cet instrument, par exemple, il y a des paramètres à respecter concernant la quantité de travail intérieur accompli pour soutenir le travail extérieur. Combien de fois dans cette incarnation cet instrument s’est-elle heurtée à un point mort, physiquement parlant! L’équilibre a toujours été retrouvé lorsque cet instrument a été incapable de faire quoi que ce soit d’autre que du travail intérieur, et par conséquent la fréquence de l’énergie non-physique a pu se rééquilibrer avec les énergies de la physicalité.

Pourquoi certaines personnes mettent-elles ainsi des obstacles sur leur propre route? Il semble contreproductif d’empêcher le ‘soi’ de se livrer à des activités qui paraissent de polarité Service D’Autrui et réconfortantes pour le ‘soi’. La raison en est le désir du ‘soi’ avant incarnation de travailler sur l’équilibre amour-sagesse-pouvoir. Il y a espoir que des mesures telles que tomber malade et être incapable de se livrer à des activités physiques puissent créer une atmosphère et un environnement dans lesquels le travail intérieur peut mieux être accompli. Le ‘soi’ peut toujours, par l’action de son libre-arbitre, refuser d’accomplir ce travail.

Nous souhaitons que celle qui a posé la question comprenne que nous marchons sur la pointe des pieds autour de cette question, car nous ne voulons pas enfreindre sa libre volonté mais lui offrir des ressources lui permettant de penser par rapport à cette question. C’est pourquoi, si nous semblons sauter du coq à l’âne c’est parce que avons le sentiment d’avoir épuisé le matériau utile dans un certain domaine et que de ce fait nous passons à une autre considération, et nous le faisons maintenant.

Nous voudrions nous arrêter un moment à la complexité du système des chakras, car il y a deux manières de penser au chakra de rayon orange, et elles ne viennent pas immédiatement à l’esprit. Un des aspects intéressants du chakra de rayon orange est qu’alors qu’il concerne toutes les relations, la relation du ‘soi’ au ‘soi’ est aussi importante que la relation du ‘soi’ avec autrui. Fréquemment, lorsqu’il y a dans le mental et dans le cœur des catalyseurs qui ne sont pas utilisés par le ‘soi’, ils concernent la relation avec le ‘soi’ et non la relation avec un autre ‘soi’.

Il est tentant et séduisant de regarder un autre ‘soi’ qui paraît avoir un effet sur la situation concernant le blocage du chakra, mais il n’est pas nécessairement correct de supposer qu’un autre ‘soi’ est véritablement impliqué. Très fréquemment, c’est le ‘soi’ en relation avec le ‘soi’ qui crée les catalyseurs qui se manifestent ensuite sous forme d’un inconfort physique.

Maintenant, comment cela se produit-il? Comment un ‘soi’ peut-il être en relation avec lui-même? La réponse se trouve dans la manière dont vous êtes faite. Voyez-vous, vous avez l’impression que vous êtes un système fermé, mais en réalité vous êtes un système ouvert. Vous faites partie d’un courant d’âme. Et des échos et idées à propos de votre ‘soi’ global passent constamment au travers du portail qui ouvre sur l’infini intelligent comme s’ils trouvaient possible de le faire à cause de votre cœur ouvert, et qu’ils vous offraient une conscience étendue de l’un ou l’autre aspect de votre recherche.

Certains auteurs que vous lisez, certains poèmes qui vous tombent sous les yeux, certaines musiques que vous entendez, et qui vous offrent de la sagesse indépendamment de la manière dont vous les rencontrez, peuvent faire partie d’un groupe auquel vous avez eu à faire dans le passé, et ces mots peuvent paraître particulièrement significatifs pour vous. Là où beaucoup d’énergie a été dépensée dans d’autres incarnations, l’intensité demeure.

Et c’est ainsi que du mystère proviennent des sentiments et sensibilités qui n’ont peut-être aucun rapport avec votre environnement physique immédiat. Vous êtes un être mystérieux. Beaucoup vous est dissimulé. Et la gloire de progresser à travers une incarnation de telle manière que vous êtes à même de gagner en clarté, peu à peu, sur votre identité et sur la raison pour laquelle vous êtes ici, est que vous devenez capable de vous voir vous-même d’une manière différente; de vous voir vous-même non pas comme une entité finie qui a telle et telle caractéristiques, mais de vous voir vous-même comme un être infini qui contient toutes choses de sorte qu’il y a pour vous de vastes possibilités, non pas quelques unes, mais un nombre infini.

Il peut sembler que penser à une situation d’inconfort physique et à la manière dont elle est apparue ne vous aide pas dans l’immédiat, mais il est utile d’acquérir une vue de plus en plus non-faussée de vous-même et de votre potentiel. Il y a une fantastique santé de mental, de corps, et d’esprit dans le rejet de la peur sous toutes ses formes.

Puisque cela s’applique au chakra de rayon orange et à la relation du ‘soi’ au ‘soi’, vous pouvez vous voir comme une entité qui a en elle de nombreuses voix. Il y a la voix de votre mère, de votre père, de votre professeur, d’un autre professeur, et encore d’un autre professeur; la voix d’un ami, d’un amant, d’un partenaire, d’un enfant. Toutes ces possibilités sont valables pour vous. Elles vous donnent l’impression d’être vos propres voix. Elles vous donnent le sentiment d’être votre propre personnalité. Mais en fait, vous les avez apprises parce qu’elles ont été suffisamment longtemps dans votre oreille pour que vous commenciez à intérioriser des concepts d’autres entités à votre sujet, des opinions d’autre entités à votre propos.

Ce n’est pas rien quand quelqu’un vous manque de respect. S’il y a dans votre oreille un parent qui vous dit: « Tu ne vaux rien. Tu ne vaudras jamais rien. Tu n’y parviendras jamais », cela va vous blesser à chaque fois que vous intériorisez cette voix. Ce sont des voix de la peur et elles ont tort.

Chaque entité a de la dignité, de l’intégrité, une individualité, qui sont excellentes. Les voix qui s’efforcent de détériorer ce concept du ‘soi’ qui voit et respecte le ‘soi’, aime le ‘soi’, sont néfastes au bien-être de ce mental/corps/esprit intégré. Et voilà pourquoi nous parlons de crainte et d’amour, car il est nécessaire qu’il soit pardonné à ces voix et de les laisser s’en aller, gentiment mais fermement. Lorsque vient dans le mental une pensée d’indignité, de bêtise, ou de stupidité, écartez-la en sachant qu’elle n’est pas exacte.

Il y a une activité que nous pouvons recommander hautement dans votre travail de clarification de votre compréhension de vous-même, et c’est l’attention accordée au moment présent. Surveillez-vous tous au long de la journée. Lorsque vous voyez que quelque chose a déclenché une impulsion en vous, faites attention à ce déclenchement. Les déclenchements sont des signes de douleur inexprimée.

Vers la fin de la journée, trouvez un peu de temps et d’espace pour vous-même et réfléchissez à chaque déclenchement qui vous a causé de l’émotion. Disons que vous avez eu une réaction d’irritation et d’impatience. Cette sorte de réaction se produit lorsque vous touchez quelque chose qui est enfoui en vous et qui vous a causé de la douleur. Pour chaque âme observatrice en incarnation, le reste du monde est une salle des miroirs. Il vous aide à vous voir vous-même. Lorsque vous réagissez au comportement de quelqu’un, vous y réagissez parce que vous ne l’avez pas trouvé en vous. Vous ne lui avez pas pardonné. Vous ne lui avez pas demandé de travailler avec vous pour le bien, pour la lumière, pour l’amour du Créateur infini. Alors il reste dans votre ombre, non intégré et non reconnu.

C’est pourquoi, ceux qui vous irritent, vous rendent impatiente, vous fâchent ou vous rendent jalouse, ou suscitent n’importe quelles émotions qui semblent difficiles vous font la faveur de porter à votre attention une partie de vous-même que vous avez négligée. Et pourquoi ne souhaiteriez-vous pas négliger la meurtrière en vous, l’adultère en vous, et ainsi de suite? Mais nous ne vous suggérons pas de jouer en réalité un de ces rôles. Nous suggérons que vous considériez le type d’énergie qui est dépensée lorsque vous travaillez avec certaines émotions.

Dans de nombreux cas, vous pouvez observer l’activité de cette émotion comme le marqueur d’une douleur enfouie. Peut-être que l’incident qui vous a fait à l’origine enfouir cette douleur remonte si loin dans votre enfance que vous ne pouvez plus vous en souvenir. Cependant, il maintient en vous une attention qui est toxique. Dès lors, plus vous pouvez méditer sur ses éléments déclenchants, les respecter et y faire attention, plus vous serez à même d’entrer en équilibre dans votre corps des chakras, dans vos corps électriques intérieurs.

Vous ne faites pas cela simplement en portant attention à l’irritation et à l’impatience. Vous allez plus loin que cela. Après vous être focalisée sur ces sentiments et avoir réellement fait attention à votre propre douleur, vous demandez ensuite de faire l’expérience de l’opposé de cette émotion. Tout comme les émotions négatives sont basées sur la peur, ainsi les émotions positives sont basées sur l’amour. Vous demandez à vous-même de permettre que la dynamique opposée à l’impatience et à l’irritation soit ressentie par vous avec la même intensité que vous avez ressenti l’irritation.

Vous ne faites pas se produire cela mais vous permettez à cela de se produire en établissant votre intention de l’éprouver et en permettant que cela se développe naturellement. Cela peut prendre un certain temps tout d’abord, mais vous constaterez bientôt que avez trouvé le ‘truc’ et que vous êtes capable de garder dans votre mental le sentiment de l’émotion d’impatience et d’irritation fondé sur la crainte, et celui des émotions positives de compassion et de sérénité fondées sur l’amour. Et lorsque vous pouvez voir ces deux choses et vous rendre compte que vous êtes ces deux choses, alors la guérison concernant cette émotion particulière se produit. …

(Fin de la face 1 de la cassette)

(Retransmission par Carla)

… et vous êtes à même de laisser aller la douleur et de ressentir le ‘soi’ comme étant plus grand que cette douleur et dès lors libéré de sa prison ou de ses limitations par l’expérience du catalyseur.

Nous voudrions dire à l’interlocutrice qu’il est bon d’entrer dans une relation avec le ‘soi’ où ne règne ni peur, ni tension, ni jugement, ni tendance au découragement. Les jours d’une incarnation sont comptés et il est bon de pouvoir se libérer de tout jugement du ‘soi’ qui compromette cette relation du ‘soi’ avec le ‘soi’ Cet instrument a souvent décrit le résultat désiré d’un tel travail comme « tomber en amour avec le ‘soi’ ». Quand vous êtes amoureux de quelqu’un, ce quelqu’un n’a jamais tort. Il peut faire une erreur mais c’est de peu d’importance. L’essence de cette personne est tellement appréciée et vue sous un éclairage tellement fort et clair qu’il n’y a moyen que d’aimer cette entité tant pour ses imperfections que pour ses perfections.

Il est plus facile au chercheur attentionné et sensible d’aimer quelqu’un qui a cette sorte d’aura romantique qu’il ne l’est d’aimer le ‘soi’ avec cette même aura de profonde appréciation et respect, cependant, chère vous, vous le méritez. Vous l’avez gagné tant et tant et plus. Vous en êtes digne.

Lorsque le rayon orange est compromis par de l’indignité cela affecte aussi le rayon indigo car le rayon indigo est le chakra le plus haut dans lequel le ‘soi’ est immergé dans la dévotion au Créateur et qui permet le travail en conscience et le passage du rayonnement passif de la lumière.

Donc, vous le voyez, il y a des échos et des relations internes entre corps des chakras, entre chakra et chakra et chakra, qui sont très subtiles et qui affectent la manière dont le corps manifeste les catalyseurs non utilisés.

Enfin, nous voudrions faire quelques observations concernant la tendance du mental/corps/esprit à se solidifier autour du concept de douleur. Nous ne disons pas que la douleur et l’inconfort ne sont pas réels. Quand le corps physique est atteint, il doit se plaindre. C’est dans la nature d’un corps physique de le faire. Toutefois, il n’y a dans cette douleur ni la solidité ni la qualité comparable à celle du ciment qu’elle semble avoir en surface.

Une fois encore, vous êtes un système ouvert et vous êtes vulnérable aux dépenses d’énergie. C’est pourquoi la douleur peut être bien plus transparente qu’elle peut le sembler. En fait, il peut y avoir des occasions où le défi de traverser une expérience difficile et douloureuse physiquement permet au ‘soi’ de se trouver dans un environnement émotionnel qui s’élève jusqu’à la lumière à un degré immensément intensifié.

Cela est dû au fait que la douleur possède une remarquable aptitude à faire se focaliser le mental et le corps. C’est pourquoi, dans cet état de focalisation, le corps et le mental sont vulnérables au travail en conscience où l’inconfort a agi comme quelque chose qui rassemble le ‘soi’ de sorte que si le mental est alors tourné vers des objectifs spirituels comme par exemple la faim et la soif de la présence du Créateur infini unique, cette focalisation peut devenir une ouverture vers la lumière. Et bien du travail d’équilibrage peut être accompli dans cet état de prise de hauteur et de sensibilisation, travail qui n’est pas susceptible d’être accompli lorsque le ‘soi’ se sent à l’aise, relativement insensible, et non focalisé.

Telles sont les subtilités des présents de l’inconfort de type physique et de type émotionnel, mental, ou spirituel.

Nous voudrions à présent demander à celle du nom de Y si elle veut poursuivre cette question. Nous sommes ceux de Q’uo.

Y: Eh bien, à l’origine j’avais une suite, mais je pense que vous avez déjà répondu. J’allais demander si un quelconque mal physique comme un simple refroidissement ou une entorse à une cheville est une manifestation d’énergie en déséquilibre au niveau mental/émotionnel, mais je crois que ce que vous dites est bien plus complexe que cela et que d’autres choses sont impliquées.

Nous sommes ceux de Q’uo et, ma sœur, nous sommes certes d’accord avec vous pour dire que le tableau est bien plus complexe que cela, mais en même temps nous ne souhaitons pas vous retirer la compréhension simple et logique du principe fondamental selon lequel lorsqu’un catalyseur qui vous arrive n’est pas travaillé aux niveaux mental et émotionnel il va se manifester dans le corps. Nous voulons dire seulement qu’il y a des possibilités que cela devienne plus probable à mesure que l’on devient plus sensible, plus activé, ou éveillé sur le plan spirituel, toutes choses qui ont à voir avec des réactions que vous ne pouvez pas gérer de manière à utiliser ce catalyseur émotionnellement ou mentalement.

Par exemple, si dans le corps physique est placé un système électrique qui n’est que tangentiellement compatible avec les vibrations de la planète Terre et l’environnement de la planète Terre, il y aura d’inévitables difficultés si le corps est câblé différemment de la planète à cause de choix pré-incarnationnels. Il y a donc inévitablement des échecs du non-physique à utiliser le catalyseur avant que celui-ci ne parvienne à une manifestation physique. Et dans une telle situation vous devez accorder à votre corps physique tout le mérite qui lui est dû pour son action dans une situation difficile où les vibrations de la Terre sont opposées aux vibrations d’un environnement de quatrième densité, de cinquième densité, ou de sixième densité. Et cependant, ce corps vous transporte vaillamment, vous soutient inconditionnellement, et vous offre la possibilité d’être telle que vous êtes, comme le sont toutes les entités de troisième densité.

La planète Terre est un endroit merveilleux où l’infini peut s’exprimer à l’infini, c’est-à-dire où les énergies métaphysiques trouvent un foyer et un endroit d’où rayonner dans l’illusion physique qui est si lourde, sombre, et limitée à de si nombreux égards. Vous êtes la lumière du monde. Qu’elle soit le réconfort qui vous donne la force de supporter le moment d’inconfort lorsqu’il arrive.

Nous sommes ceux de Q’uo et nous constatons que les énergies de cet instrument commencent à faiblir. Par conséquent, nous allons prendre congé de cet instrument et de ce groupe, en laissant chacun dans l’amour et dans la lumière du Créateur infini unique. Nous sommes connus de vous comme étant le Principe de Q’uo. Nous vous remercions de tout cœur pour votre courage et votre détermination à chercher la vérité. Nous sommes impressionnés par votre beauté. Adonaï, mes amis, Adonaï.

  Skip Navigation LinksL/L Research Library Transcripts - Table of Contents 2010 27 novembre 2010

Copyright © 2017 L/L Research