Skip Navigation Links
L/L Research
Home
Library
Are you a wanderer?
About Us
Carla’s Niche
Podcast
Online Course
Search
E-mail L/L
Copyright Policy
Recent Updates

Now on Bring4th.org

Bring4th.org

Forums

Online Store

Seeker Connector

Gaia Meditation

Subscriptions

Links

Donate/Volunteer

Join Us

Facebook

Twitter

Tumblr

Instagram


Lectorium

Transcriptions L/L Research

A PROPOS DU CONTENU DE LA PRÉSENTE TRANSCRIPTION: cette séance de transmission alignée a été publiée à l’origine sous le titre de The Law of One, Books I to V, par Don Elkins, James Allen McCarty et Carla L. Rueckert. La traduction de cette transcription vous est offerte dans l’espoir qu’elle vous sera utile. Ainsi que les entités de la Confédération le répètent souvent, faites appel à votre sens de la discrimination et à votre sagacité pour évaluer ce texte. Ce qui vous y paraît véridique, acceptez-le; ce qui ne vous correspond pas, laissez-le de côté car, ni nous-mêmes ni aucun membre de la Confédération ne souhaitons/souhaitent qu’aucun de vous trébuche sur une pierre d’achoppement.

ATTENTION: La présente transcription a été vérifiée mais peut encore demander des corrections. Si vous constatez des erreurs, n’hésitez pas à nous en faire part, nous nous ferons un plaisir de les corriger.

(Traduction française: Micheline Deschreider)

La Loi Une, Livre V, Fragment 41

Séance 75, 31 octobre 1981

Jim: Lors de la séance n°75 nous avons essayé de venir en aide à Carla en vue de son opération chirurgicale aux mains dans un hôpital local. Lorsque le contact Ra a commencé, les limitations arthritiques choisies pré-incarnativement s’étaient installées plus fortement que jamais, et le désir de Carla de faire des choses pour les autres avec des mains quasiment incapables d’accomplir des travaux domestiques ont rendu de plus en plus douloureuses et endommagées les articulations atteintes par l’arthrite, ce qui a amené la nécessité d’une opération pour une récupération à court terme. La durée ou le succès des opérations devait dépendre de la capacité croissante de Carla à accepter les limitations qu’elle avait placées sur elle-même avant l’incarnation, afin que sa focalisation puisse se faire vers l’intérieur et la prépare à la possibilité de devenir un canal. Sa capacité à accepter ces limitations a retardé de quatre années les opérations chirurgicales suivantes.

Puisqu’elle était une mystique chrétienne depuis la naissance, Ra ressentait que certaines prières et la communion en particulier, devraient l’aider. Il a alors été suggéré que le Rituel de Bannissement du Pentagramme Mineur, que nous utilisions depuis un certain temps pour purifier notre lieu de travail consacré au contact Ra, soit aussi accompli dans sa chambre d’hôpital et la salle d’opération. Mais l’élément de protection et de guérison le plus important devait être l’amour manifesté ou tacite, car tout ce que fait réellement un rituel, que ce soit la prière, la communion, ou le Rituel de Bannissement du Pentagramme Mineur, c’est d’alerter des entités désincarnées positivement polarisées afin qu’elles puissent produire la qualité que nous nommons ‘amour’ à partir de leur lieu de résidence, quel qu’en soit l’objectif. Chacun de nous pouvait lui aussi produire ce même amour, comme une fonction de notre véritable intérêt les uns pour les autres. A mesure que nous apprenons les leçons d’amour dans cette troisième densité d’illusion, nous apprenons aussi les bases de la guérison et de la protection.

Carla: Il y a des surprises, dans ces transcriptions, même après toutes ces années. Ce n’est qu’à présent (nous écrivons en1997) que Jim et moi réalisons que nous n’avons pas suivi les suggestions de Ra pendant mon hospitalisation. Jim, Don et moi avons fait vibrer le Rituel de Bannissement deux fois par jour; nous nous en souvenons Jim et moi. Aucun de nous ne se rappelle avoir lu la Messe sous quelque forme que ce soit. Nous y avons tout simplement manqué. Imaginez: gaspiller un avis de Ra! Je sais que ne nous l’avons pas fait délibérément. Après 16 années tout ce que nous pouvons dire c’est «essayons de ne pas gaffer! … oups! »

Quant au fait de tenir la main pendant que je méditais, cette pratique a débuté après une expérience particulièrement déconcertante pendant une de nos séances publiques de méditation. Celles-ci étaient complètement séparées des séances avec Ra. Tout le monde pouvait y venir et vérifier notre manière de procéder. Je n’entrais pas en transe lors de ces séances comme je le faisais pour les Ra mais je retransmettais dans un état de transe très légère. Cependant, au cours de la période des questions et réponses, quelqu’un a posé une question pour laquelle je n’avais aucune réponse terrestre, et j’ai pensé alors en moi-même: «comme j’aurais souhaité retransmettre Ra». Immédiatement j’ai commencé à quitter mon corps, ce qui ne devait absolument PAS avoir lieu selon Ra. La source que je relayais, Latwii, m’a simplement fait continuer à retransmettre —probablement de pures inepties— et cela a suffit pour me garder dans mon corps. Après cela quelqu’un, habituellement Jim, a toujours tenu ma main pendant les séances. A ce jour, Jim me tient toujours la main pendant que nous méditons, au cours de notre offrande du matin, et à toutes les séances de méditation que nous offrons. «Mieux vaut prévenir que guérir», voilà ce qu’on peut en conclure.

Je me souviens avec grande affection de l’immense fidélité d’amour et de préoccupation que Don et Jim m’ont témoigné pendant cette période. C’était très dur, spécialement pour Don, de me voir souffrir. Mais il n’a pas flanché, il n’a pas reculé, il a sans cesse cherché à me protéger et à m’aider. La même chose peut être dite de Jim, mais je pense que la situation était des années-lumière plus difficiles à supporter pour Don que pour Jim. Jim est un homme simple et direct. Pour lui les choses sont ce qu’elles sont. Je me souviens lui avoir un jour demandé si tout ce qu’il avait à dire dans la vie était “ouaip, nope et peut-être”. Il a répondu: ‘ouaip’. Après un moment de réflexion il a dit: ‘nope’. Et un peu plus tard il a finalement ajouté: ‘peut-être’. Pour Don ma souffrance était sa souffrance, car nous ne formions véritablement qu’un seul être dans le sens ineffable d’au-delà de l’espace et du temps. La douleur, bien que sévère, ne me mettait pas trop en détresse, mais elle faisait craquer Don. Sa préoccupation était profonde.

Au fil des années, depuis le début de ce channeling, j’en suis venue à apprécier de plus en plus la suggestion de Ra d’accepter pleinement mes limites. Après mon rétablissement miraculeux en 1992 j’ai été débarrassée de mon fauteuil roulant et je me suis tenue en position verticale pour la première fois depuis de nombreuses années. Il y a un an j’ai pu remettre à Medicare le lit médicalisé installé au rez-de-chaussée (pour dormir la nuit, j’en ai encore un que je trouve bien utile). Quand j’ai commencé à me reconstruire une vie ‘verticale’ j’étais pleine d’idées sur ce que je pourrais accomplir. J’ai essayé de retourner à l’école pour me remettre au courant dans le domaine des services de bibliothécaire/documentaliste. J’ai essayé de retrouver un emploi. J’ai fait du volontariat à l’église, bien au-delà de mes réelles capacités de service. Et tout cela a eu un prix: j’ai collectionné les blessures, cheville fracturée, genoux luxés, deux opérations supplémentaires aux mains. Finalement, il y a environ un an, je suis parvenue à réduire ma charge de travail de manière à me ménager de longues périodes de repos pendant la journée. J’ai chipoté l’horaire de mes journées pour trouver des moyens d’harmoniser mes efforts avec ceux de Jim, dans la vie de tous les jours, et pour trouver quelles étaient réellement mes priorités. Je crois que je suis parvenue maintenant à réaliser pleinement ces limites à l’effort, et que j’ai commencé à coopérer avec ma destinée.

Je respecte totalement mon choix pré-incarnation de ces inconfortables limitations. L’expérience m’a façonnée et a fait de moi un meilleur canal. Je continue à me réjouir quand je vois tomber des petits morceaux de mon ego. Ma prière est à présent: “Seigneur, montre-moi Tes voies”. Il me reste beaucoup de travail à faire, moi une vraie simplette. Mais j’exulte de me trouver sur la Voie Royale.

Séance 75, 31 octobre 1981

Interlocuteur: Pourriez-vous d’abord me donner l’état de l’instrument, s’il vous plaît?

Ra: Je suis Ra. Il est comme dit précédemment, avec un léger affaiblissement de la réserve d’énergie vitale, dû aux distorsions mentales/émotionnelles concernant ce que vous appelez ‘le futur’.

Interlocuteur: J’ai senti qu’il était souhaitable d’avoir cette séance avant que l’instrument soit hospitalisée. Elle souhaitait poser quelques questions, si possible, à ce sujet.

D’abord, y a-t-il quelque chose que l’instrument ou nous-mêmes puissions faire pour améliorer l’expérience ‘hôpital’ ou pour aider l’instrument de l’une ou l’autre manière à cet égard?

Ra: Je suis Ra. Oui, il y a des manières de soutenir l’état mental/émotionnel de cette entité tout en observant qu’il en est ainsi seulement pour cette entité ou une entité avec des distorsions semblables. Il y a aussi une chose générale qui peut être accomplie pour améliorer l’endroit appelé ‘l’hôpital’.

La première aide à apporter a trait à la vibration du rituel avec lequel cette entité est très familiarisée et que cette entité a longtemps utilisé pour modifier sa perception du Créateur infini unique. C’est une chose utile à n’importe quel moment de la période diurne, mais elle est spécialement utile lorsque votre corps solaire se retire de votre vision locale.

L’amélioration générale de l’endroit où le rituel de purification doit être accompli est connue. Nous pouvons noter que la distorsion vers l’amour, comme vous appelez ce complexe spirituel/émotionnel, qui est ressentie par chacun pour cette entité, lui viendra en aide, qu’elle soit exprimée ou non manifestée, parce qu’il n’y a pas de protection plus grande que l’amour.

Interlocuteur: Voulez-vous dire qu’il serait bon d’accomplir le Rituel de Bannissement du Pentagramme Mineur dans la chambre qu’elle va occuper à l’hôpital?

Ra: Je suis Ra. C’est exact.

Interlocuteur: Je me demandais que faire en ce qui concerne la salle d’opération. Cela pourra être difficile. Est-ce que ce serait utile là-bas?

Ra: Je suis Ra. C’est exact. Nous pouvons noter que cela est toujours utile. C’est pourquoi, il n’est pas aisé d’affirmer une question à laquelle vous ne recevriez pas la réponse que nous offrons. Cela n’indique pas que cela est essentiel pour purifier un lieu. Le pouvoir de visualisation peut aider à soutenir là où vous ne pouvez pas faire intrusion sous votre forme physique.

Interlocuteur: Je vois la manière de faire cela sous forme de visualisation de la salle d’opération et d’une visualisation de nous trois en train d’accomplir le rituel de bannissement dans la pièce comme nous l’accomplissons en un autre lieu. Est-ce la procédure correcte?

Ra: Je suis Ra. Ceci est une méthode correcte pour obtenir la configuration que vous désirez.

Interlocuteur: Y a-t-il une meilleure méthode que celle-là?

Ra: Je suis Ra. Il y a de meilleures méthodes pour ceux qui ont une plus longue pratique. Pour ce groupe-ci cette méthode est bonne.

Interlocuteur: Je suppose que ceux qui ont une plus longue pratique quitteraient leur corps physique et, dans l’autre corps, entreraient dans la salle et accompliraient le rituel. Est-ce cela que vous voulez dire?

Ra: Je suis Ra. C’est exact.

Interlocuteur: L’instrument voudrait savoir si elle peut méditer à l’hôpital sans que quelqu’un lui tienne la main. Est-ce cette pratique serait sans risque?

Ra: Je suis Ra. Nous pouvons suggérer que l’instrument peut prier sans risque mais qu’elle ne médite qu’avec la protection tactile d’une autre entité.

Interlocuteur: L’instrument voudrait savoir ce qu’elle peut faire pour améliorer l’état de son dos car selle sent que cela pourrait poser problème lors de l’opération.

Ra: Je suis Ra. En scannant le complexe physique nous trouvons plusieurs facteurs qui contribuent à une distorsion générale ressentie par l’instrument. Deux de ces distorsions ont été diagnostiquées; une ne l’a pas été; et l’instrument ne sera pas désireuse d’accepter des substances chimiques en suffisance pour provoquer la cessation de la distorsion que vous appelez ‘douleur’.

De manière générale nous pouvons dire que la seule modalité qui s’adresse spécifiquement aux trois distorsions qui contribuent, et qui n’est pas utilisée pour le moment, est que de l’eau chaude soit appliquée de manière répétée, avec une force légère, contre tout le complexe physique pendant que le véhicule est assis. Ceci serait d’une certaine aide si pratiqué quotidiennement après la période d’exercice.

Interlocuteur: Est-ce que l’exercice du feu accompli avant la séance aide l’instrument?

Ra: Je suis Ra. Il y a une légère aide physique à l’instrument. Cela se renforcera à mesure que le praticien apprendra/enseignera son art de guérir. En outre, il y a de la distorsion dans le complexe mental/émotionnel, ce qui alimente l’énergie vitale vers le confort, grâce au soutien qui tend à augmenter le niveau d’énergie vitale, étant donné que cette entité est in instrument sensible.

Interlocuteur: Est-ce que l’exercice du feu a été accompli de manière appropriée?

Ra: Je suis Ra. La baguette est bien visualisée. Le chef d’orchestre apprendra à entendre la partition entière de la grande musique de son art.

Interlocuteur: Je présume que s’il peut être accompli parfaitement cet exercice a pour résultat une guérison complète des distorsions de l’instrument, au point que toute opération serait inutile. Est-ce exact?

Ra: Je suis Ra. Non.

Interlocuteur: Que faut-il d’autre? L’accord de l’instrument?

Ra: Je suis Ra. C’est exact. Le cas de cet instrument est délicat, puisqu’elle doit totalement accepter beaucoup de ce que les limitations dont elle fait l’expérience provoquent involontairement. Ceci est un choix pré-incarnation.

  Skip Navigation LinksL/L Research Library Transcripts - Table of Contents 1981 - Français La Loi Une, Livre V - 31 octobre 1981

Copyright © 2017 L/L Research